• Home ·
  • Films ·
  • Jackie Chan et Feng Xiaogang à l’assaut contre à la censure !
  • 08Mar

    Jackie Chan et Feng Xiaogang à l’assaut contre à la censure !

    Jackie Chan se fait souvent critiquer par la presse de Hong-Kong pour ses opinions et maladresses sur les sujets politiques, l’accusant d’être trop proche du gouvernement communiste de Pékin. L’événement détaillé ci dessous devrait rassurer les démocrates un peu trop hâtif concernant le jugement de la star de cinéma le plus populaire au monde. Traduction d’un article de Clifford Coonan pour The Hollywood Reporter.

    2014-08-03a

    Lors du Comité National de la Conférence Consultative Politique du Peuple Chinois, Jackie Chan et le réalisateur chinois Feng Xiaogang, ont plaidé pour plus de liberté en affirmant que la censure n’était pas bonne pour l’industrie du cinéma.

    Jackie Chan, dont CZ12 et plus récemment le thriller Police Story 2013 se sont retrouvé en tête du classement au box-office en Chine, est depuis deux ans un délégué de Hong Kong à l’événement annuel et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il a été surprenant et franc à critiquer la censure.

    A ce sujet, Jackie Chan a déclaré au South China Morning Post : « Je sais qu’il y a un risque à dire cela, mais je ne m’inquiète pas, car c’est normal que je parle de façon inappropriée. Si un film est fortement censuré,  les «bords et angles» coupés, sa performance au box-office en souffrira considérablement ».

    Les commentaires sont un peu étonnants de la part de Jackie Chan, qui avait provoqué la colère des démocrates de Hong Kong en disant qu’ils se plaignaient trop de la Chine. Jackie Chan a déclaré que la censure a eu « des résultats désastreux pour les investisseurs et les producteurs ».

    « J’ai deux  amis réalisateurs qui ont fait faillite à cause de mauvais résultats au box-office »  a-t-il dit.  «L’année dernière, les recettes du box-office chinois ont atteint 21,7 milliards de yuans (3,6 milliards de dollars), dont 17,1 milliards (2,8 milliard de dollars) était des films nationaux. (NDR : soit une part de marché de presque 80%. En comparaison, en 2013 la part du cinéma français en France représentait 33%). Dans les cinq à six ans, la Chine sera le plus grand marché du monde. Toutefois, si les films chinois ne prennent pas au sérieux le marché, ils n’auront guère la chance de dépasser Hollywood ».

    Son intervention a eu lieu après celle de son ami et collègue réalisateur Feng Xiaogang (NDR : Jackie Chan a fait une apparence dans son dernier film), qui a réalisé des films comme le récent succès au box-office, Personal Tailor, ainsi que Mobile Phone et The Assembly, et qui comme Jackie, a immortalisé ses mains et ses pieds dans le ciment au TCL Chinese Theater d’Hollywood en novembre dernier, a appelé à plus de clarté dans la façon dont la censure est appliquée.

    2014-08-03b

    « Ne faites pas trembler les réalisateurs de peur,  comme s’ils marchaient sur une fine couche de glace », a déclaré Feng à la réunion en marge de la CCPPC au Beijing International Hôtel.

    Feng Xiaogang critique souvent le parti communiste au pouvoir dans son travail, mais il a, à plusieurs reprises, utilisé des plates-formes publiques (weibo) pour se plaindre de la censure envers les cinéastes. Ses plaintes au sujet de la censure sont devenues presque un événement annuel à la réunion parlementaire à Pékin.

    Se référant à un discours prononcé par le premier ministre Li Keqiang,  mercredi dernier, Feng a fait un plaidoyer passionné pour plus de clarté sur la façon dont la censure est exercé : « réalisateurs se plaignent souvent de la nature arbitraire dans la façon dont les interdictions sont introduites, car il n’y a pas de règles spécifiques. Nous n’avons pas de « loi de censure cinématographique » ; tuer un film ou pas dépend des examinateurs. Leur patriotisme, jugement politique et goût artistique sont-ils meilleur que les nôtres, nous  les réalisateurs ? ».

    « Nous, les réalisateurs, d’une part nous devons nous creuser la tête pour faire face aux autorités. Et d’autre part, nous devons nous faire bien voir pour trouver un consensus. Épuisé ! »

    The Assembly en 2007 et Aftershock en 2010 ont dû être modifié pour répondre aux exigences des censeurs – en effet, The Assembly a failli être interdit car le Bureau du film a pensé qu’il glorifiait le sacrifice dans la guerre.

    L’Acteur Zhang Guoli, qui faisait partie également du comité, a tenté de détourner la conversation de la censure, mais Feng est intervenu avec un appel pour un « grand relâchement » de l’emprise de l’Etat.« Alors qu’est-ce Guoli veut nous dire ? Que l’explosion de la Maison Blanche avec des méchants au sein de la police, est acceptable pour les autorités parce que le capitalisme est chaotique ? »  a-t-il dit. Il ironise : « Cependant, les films chinois ne peuvent pas faire de même parce que nous n’avons pas de violence et absolument pas de méchants au sein de la police. Les réalisateurs chinois ne peuvent pas apporter « la honte à la Chine »  a déclaré Feng  sous les rires des délégués.

    Il a suggéré de se débarrasser de l’approbation du script dans le processus, et en laissant la censure s’exprimé seulement à la coupe finale (NDR: comme aux USA et Europe…). Le National People’s Congress a tamponné les projets stratégiques qui ont déjà été approuvé par la haute direction du Parti Communiste dans les réunions à huis clos.

    Source: Hollywood Reporter , photo principal: dfic.cn

Laisser un commentaire

*