• Home ·
  • Films ·
  • Jackie Chan’s Infernal Affair
  • 21Déc

    Jackie Chan’s Infernal Affair


    2012-12-21-a.jpg Quand Hong-Kong
    devient plus rigide que Pékin


    Pour ceux qui visitent les sites de fans de Jackie Chan,
    vous n’êtes pas sans savoir que Jackie Chan souffre régulièrement de mauvaise
    presse à Hong-Kong. Ces propos souvent exagérés, voir volontairement déformés et
    sont autant d’armes de propagande anti-pékin. Que reproche-t-on d’ailleurs à
    Jackie Chan ? De cette rapprocher de Pékin ? D’avoir déplacé sa
    structure de production dans la capitale chinoise ? (comme la plus part
    des productions et cinéastes de Hong-Kong au passage)
    . Ou bien encore de
    soutenir le gouvernement chinois ? C’est certainement ce dernier point que
    souhaiterait le lobby politique de Hong-Kong afin d’en faire un symbole ennemi
    à combattre.


    Jackie Chan n’étant pas un intellectuelle comme tout le
    monde le sait ici,  il peine souvent à
    s’exprimer pouvant parfois choquer les gardiens du politiquement correct.

     


    Et le tonnerre gronde
    à nouveau…


    Cela a commencé, il y a une semaine. Alors en pleine
    promotion pour CZ12, Jackie Chan, durant un entretien, dit qu’ Hong-Kong est devenu une ville où l’on
    manifeste pour tout et pour rien. Les Chinois devraient savoir ce pour quoi il
    est utile ou pas de manifester. Ils devraient être plus disciplinés.


    De là, les médias de Hong-Kong en profitèrent pour lyncher
    la star l’accusant d’être au service de Pékin. Un peu facile ? Une belle
    occasion surtout pour un lobby politique afin de promouvoir son idéologie dans
    une ville qui n’en a pas besoin vu le statut particulier que la Chine à
    accorder à Hong-Kong après la rétrocession en 1997.


    Mais apparemment Hong-Kong a décidé d’aller plus loin dans
    l’aberration. En effet, la semaine dernière toujours en pleine promotion pour
    CZ12. Jackie Chan raconte à la presse comment il a dû brandir une arme à feu et
    trois grenades (il ne dit pas si il les a
    utilisé)
    face à une vingtaine d’homme appartenant aux triades qui se mêlait
    comme on le sait tous, un peu trop du cinéma HK à l’époque.


    Et bien d’une anecdote, voici qu’on en fait un scandale à
    Hong-Kong. Comme par hasard et au moment où CZ12 arrive sur les écrans là-bas.
    La police de Hong-Kong a lancé une procédure après ses déclarations. Jackie
    Chan risque 100.000 HK$ d’amende et 14 ans de prison pour détention d’arme.


    A la fin des années 80, les triades utilisaient de plus en
    plus le cinéma – alors en pleine âge d’or – pour leurs business comme l’atteste
    le contrat passé par les stars du cinéma HK et les triades avec le film Island of Fire.

    2012-12-21-c.jpgIsland of Fire
    est une sorte d’accord avec les triades. Une sorte de: "On fait ça et vous
    nous laissez tranquille"
    d’où la pléiade de stars locales dans le film
    (Tony Leung Kar-Fai, Andy Lau, Samo Hung,
    Jimmy Wang Yu… dans des rôles totalement opposés à ce qu’ils font
    d’habitude).

    A la fin des années 80, l’industrie du cinéma de Hong-Kong a beaucoup souffert
    des triades.
    Les acteurs étaient forcés de faire des films parfois même sans être payés. Les
    managers étaient menacés voir tuer (comme l’ancien agent d’Andy Lau). L’actrice
    Carina Lau a même été kidnappée pour avoir refusé un rôle.

    En 1996, l’industrie du cinéma HK s’est rebellée. On se souvient tous des
    images de la manifestation des cinéastes et techniciens du cinéma de HK avec
    Jackie Chan en tête de cortège. Quelques images avait d’ailleurs été diffusé en
    France fin des années 90, quand Canal + via le Journal du Cinéma faisait
    régulièrement des reportages sur Jackie Chan alors nouvelle star à Hollywood.


    Jackie Chan vu son grand succès, vous imaginez bien qu’il
    était régulièrement menacé. C’est pour cette raison totalement légitime vu son
    statut particulier de superstar qu’il possédait une arme.


     2012-12-21-b.jpg

     Les héros d’hier,
    sont les ennemis d’aujourd’hui


    Suite à cette affaire, Jackie Chan tente de s’expliquer: "J’ai raconté à la presse cette
    anecdote pour expliquer que j’avais un comportement indiscipliné car j’ai eu
    recourt à la violence à cause de mon manque d’éducation. Il m’arrive de mal
    m’exprimer. Je veux seulement dire qu’on a besoin de discipline et notre
    gouvernement devrait gérer le public et les ressources d’une manière équitable".


    Mais la justice de Hong-Kong semble bien décidée à pourrir
    la star. En effet, un porte-parole de la police a dit qu’il risque la prison si
    cette affaire est vraie. Et si elle est fausse, il risque d’être poursuivi pour
    propos mensonger. A côté, Pékin c’est l’île aux enfants.


    Hong-Kong est devenu abjecte au point de se demander si les
    triades n’ont pas définitivement pris le pouvoir là-bas. Hong-Kong ville où
    règne la corruption ? Possible.


    Triste de voir un héros locale traiter ainsi par la police
    de HK qui après lui avoir remis tant de médaille pour l’image qu’il a fait
    d’eux à travers son cinéma, se voit aujourd’hui au service d’un pouvoir
    politico/médiatique abject et sans moral.


    On espère que cette histoire n’ira pas plus loin. Ce dont on
    ne doute pas. Mais à l’heure, où ces informations pourraient envahir les médias
    occidentaux, la communauté de Dragon Spirit a préféré faire un point pour
    prendre un peu de recul sur cette affaire.


    CZ12 est sortie sur les écrans asiatiques le 20 décembre
    dernier.


    LIENS DE L’AFFAIRE:

    http://www.realbollywood.com/2012/12/jackie-chan-trouble-bragging-arms.html


    http://www.asianmoviepulse.com/2012/12/police-to-investigate-jackie-chan-gun-and-grenades-claims/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=police-to-investigate-jackie-chan-gun-and-grenades-claims


    http://www.nypost.com/p/news/international/jacki_chan_fights_triads_with_guns_5FnNeU1nj5EyUn54fRjHcO


    http://www.globaltimes.cn/content/750961.shtml


     





    .

  • 21Déc

    Jackie Chan’s Infernal Affair


    2012-12-21-a.jpgQuand Hong-Kong devient plus rigide que Pékin

    Pour ceux qui visitent les sites de fans de Jackie Chan, vous n’êtes pas sans savoir que Jackie Chan souffre régulièrement de mauvaise presse à Hong-Kong. Ces propos souvent exagérés, voir volontairement déformés et sont autant d’armes de propagande anti-pékin. Que reproche-t-on d’ailleurs à Jackie Chan ? De cette rapprocher de Pékin ? D’avoir déplacé sa structure de production dans la capitale chinoise ? (comme certaines productions et cinéastes de Hong-Kong au passage). Ou bien encore de soutenir le gouvernement chinois ? C’est certainement ce dernier point que souhaiterait le lobby politique de Hong-Kong afin d’en faire un symbole ennemi à combattre. Jackie Chan n’étant pas un intellectuelle comme tout le monde le sait ici,  il peine souvent à s’exprimer pouvant parfois choquer les gardiens du politiquement correct.

    Et le tonnerre gronde à nouveau…

    Cela a commencé, il y a une semaine. Alors en pleine promotion pour CZ12, Jackie Chan, durant un entretien, dit qu’ Hong-Kong est devenu une ville où l’on manifeste pour tout et pour rien. Les Chinois devraient savoir ce pour quoi il est utile ou pas de manifester. Ils devraient être plus disciplinés. De là, les médias de Hong-Kong en profitèrent pour lyncher la star l’accusant d’être au service de Pékin. Un peu facile ? Une belle occasion surtout pour un lobby politique afin de promouvoir son idéologie dans une ville qui n’en a pas besoin vu le statut particulier que la Chine a accordé à Hong-Kong après la rétrocession en 1997. Mais apparemment Hong-Kong a décidé d’aller plus loin dans l’aberration. En effet, la semaine dernière toujours en pleine promotion pour CZ12. Jackie Chan raconte à la presse comment il a dû brandir une arme à feu et trois grenades (il ne dit pas si il les a utilisé) face à une vingtaine d’homme appartenant aux triades qui se mêlait comme on le sait tous, un peu trop du cinéma HK à l’époque. Et bien d’une anecdote, voici qu’on en fait un scandale à Hong-Kong. Comme par hasard et au moment où CZ12 arrive sur les écrans là-bas. La police de Hong-Kong a lancé une procédure après ses déclarations. Jackie Chan risque 100.000 HK$ d’amende et 14 ans de prison pour détention d’arme. A la fin des années 80, les triades utilisaient de plus en plus le cinéma – alors en pleine âge d’or – pour leurs business comme l’atteste le contrat passé par les stars du cinéma HK et les triades avec le film Island of Fire.

    2012-12-21-c.jpgIsland of Fire est une sorte d’accord avec les triades. Une sorte de: "On fait ça et vous nous laissez tranquille" d’où la pléiade de stars locales dans le film (Tony Leung Kar-Fai, Andy Lau, Samo Hung, Jimmy Wang Yu… dans des rôles totalement opposés à ce qu’ils font d’habitude). A la fin des années 80, l’industrie du cinéma de Hong-Kong a beaucoup souffert des triades. Les acteurs étaient forcés de faire des films parfois même sans être payés. Les managers étaient menacés voir tué (comme l’ancien agent d’Andy Lau). L’actrice Carina Lau a même été kidnappée pour avoir refusé un rôle.

    En 1996, l’industrie du cinéma HK s’est rebellée. On se souvient tous des images de la manifestation des cinéastes et techniciens du cinéma de HK avec Jackie Chan en tête de cortège demandant à la police de HK de faire quelque chose, de les protéger et de prendre l’affaire en main. Quelques images avait d’ailleurs été diffusé en France fin des années 90, quand Canal + via le Journal du Cinéma faisait régulièrement des reportages sur Jackie Chan alors nouvelle star à Hollywood. Jackie Chan vu son grand succès, vous imaginez bien qu’il était régulièrement menacé. C’est pour cette raison totalement légitime vu son statut particulier de superstar qu’il possédait une arme.

    2012-12-21-b.jpgLes héros d’hier, sont les ennemis d’aujourd’hui
    Suite à cette affaire, Jackie Chan tente de s’expliquer: "J’ai raconté à la presse cette anecdote pour expliquer que j’avais un comportement indiscipliné car j’ai eu recourt à la violence à cause de mon manque d’éducation. Il m’arrive de mal m’exprimer. Je veux seulement dire qu’on a besoin de discipline et notre gouvernement devrait gérer le public et les ressources d’une manière équitable".
    Mais la justice de Hong-Kong semble bien décidée à pourrir la star. En effet, un porte-parole de la police a dit qu’il risque la prison si cette affaire est vraie. Et si elle est fausse, il risque d’être poursuivi pour des propos mensongés. A côté, Pékin c’est l’île aux enfants.

    Hong-Kong est devenu abjecte au point de se demander si les triades n’ont pas définitivement pris le pouvoir là-bas. Hong-Kong ville où règne la corruption ? Possible. Triste de voir un héros locale traiter ainsi par la police de HK qui après lui avoir remis tant de médaille pour l’image qu’il a fait d’eux à travers son cinéma, se voit aujourd’hui au service d’un pouvoir politico/médiatique abject et sans moral. On espère que cette histoire n’ira pas plus loin. Ce dont on ne doute pas. Mais à l’heure, où ces informations pourraient envahir les médias occidentaux, la communauté de Dragon Spirit a préféré faire un point pour prendre un peu de recul sur cette affaire.

    ———————-

    CZ12 est sortie sur les écrans asiatiques le 20 décembre dernier.

     LIENS DE L’AFFAIRE:

    http://www.realbollywood.com/2012/12/jackie-chan-trouble-bragging-arms.html

    http://www.asianmoviepulse.com/2012/12/police-to-investigate-jackie-chan-gun-and-grenades-claims/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=police-to-investigate-jackie-chan-gun-and-grenades-claims
    http://www.nypost.com/p/news/international/jacki_chan_fights_triads_with_guns_5FnNeU1nj5EyUn54fRjHcO
    http://www.globaltimes.cn/content/750961.shtml

    (suite…)

Laisser un commentaire

*