• 27Juil

    Des invités prestigieux pour les Forums de la 5e édition de la JACKIE CHAN INTERNATIONAL ACTION FILM WEEK

    Vendredi 26 Juillet, la veille de la cérémonie de clôture, un forum composé de trois plateaux prestigieux de stars et de personnalités liés au cinéma d’action, a eu lieu devant les grottes de Yungang, un patrimoine culturel mondial situé dans la ville historique et culturelle de Datong, pour discuter de la manière dont le cinéma d’action a évolué notamment à travers les nouvelles technologies et des échanges entre l’Est et l’Ouest.

    Le premier forum réunissait Jackie Chan, Tsui Hark, Stanley Tong, Martin Campbell, Paul Haggis, Yasuaki Kurata, Wu Jing, Adrien Brody, Sergei Bodrov, Prachya Pinkaew et le scénariste de Hong-Kong Manfred Wong (Stormriders).

    Ensemble, ils ont partagé leurs expériences et leurs visions du cinéma d’action.  En tant que « action star » la plus prestigieuse au monde, Jackie Chan a déclaré que la création de la China Stuntmen Film Association et l’organisation de la Action Film Week étaient deux de ses rêves les plus importants.

    Le grand cinéaste Tsui Hark a déclaré que « l’action », à l’instar d’autres éléments tels que la musique et la chorégraphie, sont un moyen d’exprimer l’intrigue. Ainsi, les films d’action peuvent s’adapter à tout style culturel de différents pays. De son côté, Stanley Tong ajoute que « bien que les effets spéciaux aient grandement aidé le cinéma d’action, le cœur du film consiste toujours à écrire des personnages et à créer un univers héroïque et inoubliable ». Tandis que Manfred Wong souligne les efforts de Jackie Chan pour créer l’Action Film Week, tout en admettant également que la tâche la plus urgente est celle de réfléchir à la recherche de successeurs.

    Paul Haggis, le scénariste et réalisateur oscarisé pour son film Collision, a souligné l’importance de la proximité avec les spectateurs en ce qui concerne les films d’action, contrairement aux autres types de films. Le comédien vétéran du cinéma d’arts martiaux, Yusuaki Kurata, qui est arrivée à Hong Kong en Chine dans les années 1970, a déclaré que, même si les scènes d’action actuelles peuvent être traitées par ordinateur, les acteurs de l’action jouent un rôle tout aussi important dans leur exercice physique et mental. L’expérience de Martin Campbell avec Jackie Chan pour The Foreigner en est un exemple. Les grands acteurs du cinéma d’action comme Jackie Chan se concentreront sur le personnage lui-même. Peu importe l’action à réaliser, ce sera toujours dans le cadre du personnage.

    Le réalisateur Russe, Sergueï Podrov a rappelé les années où il avait filmé Mongol en Chine, venu chercher les cascadeurs chinois pour leurs expertises en la matière. Venant d’une nouvelle génération de réalisateur en Thaïlande avec Ong Bak, Prachya Pinkaew a déclaré que bien qu’ils soient également fortement influencés par les prédécesseurs tels que Bruce Lee et Jackie Chan, il a intégré la spécificité culturel de son pays dans ses films. Adrian Brody, qui a déjà partagé la vedette avec Jackie Chan dans Dragon Blade estime que les cinéastes sont tous des conteurs. Ils racontent l’expérience commune des êtres humains et créer chacun à leurs manières une image héroïque de l’humanité.

    Le second forum réunissait essentiellement des producteurs autours de la coopération international. On notera la présence des grands producteurs Ruoqing Fu (Huaxia Film), Ren Zonglun (Shanghai Film), Yu Dong (Bona Film), Wang Zonglei (Huayi Brothers) ainsi que des représentants d’institutions françaises, africaines, mexicaines, américaines et européennes.

    Le dernier et troisième forum était centré sur l’évolution du cinéma d’action avec notamment le recourt aux effets visuels. Ce prestigieux plateau là encore comptait la présence du réalisateur, chorégraphe et acteur Chin Kar-Lok également président du Syndicat des Acteurs Cascadeurs de Hong-Kong et de Chine, He Jun, l’un des chorégraphes de la Jackie Chan Stunt Team (notamment sur Railroad Tigers et Dragon Blade) et secrétaire général de la China Stuntmen Film Association,  le cascadeur et excellent chorégraphe Kenji Tanigaki (les superbes combats aux sabres de la trilogie Kenshin, c’est lui) et également président de la Japan Action Film Academy, Mark Siegel, président de l’Association Allemande des Cascadeurs, Mohammed Agzag Rab Shak, président de la Mumbai Film Stunt Artists Association, Alexander Inshakov, président de la Russian Stunt Performance Association, le réalisateur Thailandais Kongkiat Khomsiri (Slice) et Badi Joe Hooker, vice-président de l’American Stunts Association.

    Ainsi ce ne sont pas moins de neuf associations de cascadeurs venant de huit pays qui se sont réunis lors de ce troisième forum. Ces associations s’engagent avant tout à renforcer les échanges d’expériences, à améliorer le statut des cascadeurs dans l’industrie et à renforcer le partage des ressources et le développement des talents. Dans le contexte moderne actuel, ce ne sont pas seulement l’action et l’expérience de la production qui mettent à l’épreuve les cascadeurs, mais aussi la capacité de s’adapter à l’époque qui ne cesse de développer des nouvelles technologies cinématographiques.

    He Jun pense que la garantie de la sécurité des cascadeurs est la plus grande avancée technologique apportée, mais que la technologie ne pourra jamais remplacer réellement des cascades à échelle humaine. Le chorégraphe et cinéaste Chin Kar-Lok a passé en revue les années de coopération avec des seniors tels que Samo Hung et Jackie Chan. Pour le tournage de film d’action actuel, il admet que, tout en maintenant l’essence même du tournage traditionnel, il devrait également combiner des cascades modernes et plus sûres. Kenji Tanigaki, cascadeur et chorégraphe souvent impliqué sur des tournage de films à Hong Kong et en Chine, a déclaré que l’utilisation d’accessoires est cruciale pour les cascadeurs. Le mélange entre effets de synthèses et effets réelles font de bon résultat.

    Mohamed Agza Gurab Shak, a déclaré que, dans la mesure où seulement 10% à 15% du budget est utilisé à des fins techniques, les cascadeurs indiens subissent encore beaucoup de gros risque. Buddy Joe Hooker a également déclaré que plus les scènes d’action sont stimulantes et dangereuses, moins les effets visuels sont nécessaires au détriment hélas de la sécurité du cascadeur. Alexander Inshakov a proposé d’urgence de créer un site web international afin de débattre des problèmes rencontrés dans le secteur afin de promouvoir le développement de films d’action dans différents pays.

     

    La photo avec tous les participants aux forums

Laisser un commentaire

*