• Home ·
  • Entretien ·
  • Entretien avec Jackie Chan à l’occasion de la sortie de LEGO NINJAGO: LE FILM
  • 21Sep

    Entretien avec Jackie Chan à l’occasion de la sortie de LEGO NINJAGO: LE FILM

    Nous sommes dans la dernière ligne droite avant la sortie officielle de THE FOREIGNER en Chine. A partir du 30 septembre, l’actualité de Jackie Chan sera riche et internationale. Outre les sorties successives de THE FOREIGNER aux Etats-Unis (le 13 octobre) et en France (le 8 novembre), le mois de décembre voit également la sortie Chinoise du premier film de science-fiction de Jackie, BLEEDING STEEL. Mais entre-temps, il y en a un autre auquel Jackie Chan a participé et plus particulièrement sa voix qu’il prête à maître Wu, le maître en arts martiaux du film d’animation LEGO NINJAGO: LE FILM qui débarque ce vendredi aux Etats Unis et le 11 octobre en France.

    A cette occasion, le Los Angeles Times s’est entrenu avec Jackie Chan. Avec le journaliste Josh Rottenberg, ils ont pu discuter autour du plaisir de participer à des cartoons, d’être une icône de film d’actions vieillissante et le frisson d’avoir remporter un Oscar l’année dernière.

    Traduction ci-dessous:

    Dans LEGO NINJAGO, vous jouez un genre de maître en arts martiaux par qui vous auriez pu être formé dans les premiers films de votre carrière. Est-ce la roue qui tourne ?

    Oui, maintenant je deviens le maître. Je me souviens quand je faisais KARATE KID, j’étais assis, entrain d’entrainer Jaden Smith et je me suis dit: « Wow, il y a 30 ans, c’était moi. » Le temps passe si vite.

    Quand j’ai vu le film, quand vous apparaissez à l’écran, un petit garçon assis derrière moi s’est exclamé : « C’est Jackie Chan ! » Ça doit faire du bien de toucher de nouvelles générations de jeunes fans.

    Même maintenant, après toutes ces années, les jeunes enfants me connaissent. Beaucoup d’acteurs, vous demandez à un jeune garçon, « Connaissez-vous ce gars ? » – et ils ne le savent pas. Mais demandez, « Connaissez-vous Jackie Chan ?  » ils vous répondront : « Oui ». De 3 ans à 80 ans. Je fais des films depuis 57 ans. Plus de 200 films. Je suis si chanceux. Même sans mon visage, les enfants reconnaissent ma voix.

    L’un des avantages de faire un film d’animation comme celui-ci, c’est que vous savez que vous ne fera pas un tour à l’hôpital.

    Oui, dans un dessin animé comme LEGO NINJAGO, vous ne vieillissez jamais. Tout ce que vous pouvez imaginer, vous pouvez le faire. Mon personnage fait ce coup de pied à 360 ​​degrés – « Ouais, je peux le faire. » C’est tout simplement incroyable. Quand j’étais jeune, j’ai beaucoup regardé de dessins animés comme « Popeye », « Bibip et le Coyote » et « Tom et Jerry ». Cela m’amusait beaucoup et j’ai pu par la suite m’inspirer pour mes comédies. Avec un film d’animation, il n’y a aucune limite à l’imagination.

    Votre prochain film, THE FOREIGNER, est très différent de ce que vous avez fait –  À mesure que vous vieillissez, est-ce que c’est plus difficile de faire ce genre d’action ?

    Oui bien sûr. Mes mouvements ne ressemblent pas à ceux que je faisais quand j’avais 20 ans. A 20 ans, je ne réfléchissais pas – j’agissais, tout simplement. J’ai besoin de sauter du mur ? « Ok, moteur – go ! » Mais ces jours-ci, peu importe ce que je fais, je réfléchis : « Suis-je encore capable de le faire ? » Je ne suis plus jeune. C’est effrayant.

    Mais mon père m’a dit: « Fils, tout le monde peut être jeune, mais tout le monde ne peut pas vieillir. Lorsque tu vieillis, tu as de la chance, surtout toi. Toutes ces années à mettre ta vie en danger, tu as encore survécu. Pas facile ». J’ai répondu : « Ah, oui ».

    Liam Neeson a récemment déclaré dans une interview qu’il était prêt à arrêter de faire des films d’action parce qu’il a 65 ans.

    Il n’a fait que deux films d’action ! [ rires ]

    Je pense que je suis différent. Je crois que je ne peux plus faire de sauts périlleux ou de très grandes cascades – mais pour les cinq ou dix prochaines années, je peux encore bien bouger. Tous les mouvements comme se battre, c’est facile. C’est une journée normal pour moi. Tout ce que vous pouvez faire aujourd’hui, vous pouvez le faire demain. Je pense que je continuerai à faire des films d’action parce que les films d’action sont encore populaires dans le monde et aussi, parce que j’adore ça. Je veux montrer au public qu’à mon âge, je peux encore faire beaucoup de choses.

    Mais THE FOREIGNER n’est pas comme RUSH HOUR. Dans le film, je suis comme un mec de 70 ans et les combats et toute la chorégraphie est pensé par rapport au personnage. Il n’y a pas de « double kicks ». Cela aurait gâché l’esprit du film.

    Ces deux films ne pouvaient pas être plus différents. Quels types de films et de rôles recherchez vous en ce moment ?

    En tant qu’acteur, j’aimerai faire tout ce que je peux. Chanter, jouer sur scène, même de l’opéra – je veux tout faire. Je veux montrer au public que je peux tout faire comme Robert De Niro , Dustin Hoffman et Al Pacino. Avant j’était juste une star de film d’action, une star de kung-fu. Mais maintenant, je veux que le public dise simplement : « Jackie est un véritable acteur ». Dans THE FOREIGNER, je joue un personnage de manière très grave. J’espère qu’un jour je pourrais faire un film sans donner un coup de poing. Juste un drame.

    Est-ce difficile de convaincre Hollywood de faire autres choses que des films d’action ?

    Cela a été difficile. Il y a dix ans, tous les scripts d’Hollywood que je recevais concernaient un policier venant de Chine, un agent de la CIA venant de Hong Kong. C’était fatiguant. Mais maintenant, lentement, ça s’améliore : KARATE KID, THE FOREIGNER. Cela me rend heureux. Ce n’est plus simplement RUSH HOUR. Je peux faire tant de choses.

    L’année dernière, vous avez remporté un Oscar honorifique pour l’ensemble de votre carrière. Aviez-vous déjà imaginé quelque chose comme ça ?

    Quand j’ai appris qu’ils me décernaient l’Oscar, je n’y ai pas cru. Je pensais que c’était un rêve. J’ai fait des films de kung-fu peu coûteux, tout en faisant rire les gens. Je n’ai jamais pensé pouvoir obtenir un Oscar. LA COULEUR POURPRE, LA LISTE DE SCHINDLER, c’est avec ce type de films que vous pouvez obtenir un Oscar. Avec des comédies d’action ? Je ne pouvais tout simplement pas y croire.

    Mais une fois rangé chez moi, je suis passé à autre chose. J’ai tourné simplement la page. Je ne changerais jamais à cause de l’Oscar. Je poursuis mon chemin.

    Le message de LEGO NINJAGO est que n’importe qui peut être un héros guerrier, que le « ninja » est en vous. J’aimerais le croire, mais j’ai l’impression que même avec toute la formation du monde, je ne pourrais jamais faire le genre de choses que vous avez fait au cinéma.

    Je pense que ce que je fais, n’importe qui peut le faire. C’était juste une question de moment et d’assiduité dans le travail. Je suis si chanceux que mon père m’ait envoyé à l’Opéra de Pékin. Je ne voulais pas m’entraîner. La formation était si difficile. Mais aujourd’hui, je suis tellement heureux d’avoir eu cette formation parce que ça m’a permis de faire les films que je voulais.

    De nos jours, de nombreux jeunes enfants se lèvent et la première chose qu’ils regardent est leur smartphone. Ils vont dans la salle de bain avec leur téléphone. Ils marchent avec leur téléphone. Ils ne veulent plus s’entraîner. Si je vois de jeunes talents faire beaucoup de bonnes cascades, des arts martiaux, des mouvements acrobatiques, je me dis : « Il doit travailler très dur ». Mais je pense que tout le monde peut être Jackie Chan.

     

    © Copyright photo de Kirk Mckoy pour le Los Angeles Times

Accueil Forums Entretien avec Jackie Chan à l’occasion de la sortie de LEGO NINJAGO: LE FILM

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Tirry, il y a 2 mois et 3 semaines.

Affichage de 1 message (sur 1 au total)
Affichage de 1 message (sur 1 au total)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.