• 25Nov

    Mathieu Kassovitz fan de Jackie Chan !

    Actuellement en pleine promotion pour le très bon thriller Un Illustre Inconnu (à l’affiche depuis mercredi dernier allez-y !), Mathieu Kassovitz lâche, entre deux coups de gueules, une confidence : Il est fan de Jackie Chan !

    Et ça date pas d’hier, on pouvait déjà voir son « hommage » dans la scène de baston bien furax des Rivières Pourpres en 1999, où l’on voit Vincent Cassel, bloquer, esquiver et se prendre des mandales comme le ferait Jackie Chan dans une séquence qui n’avait pas manqué de me percuter à l’époque. Vous imaginiez ça dans le cinéma français, il y a 10 ans ! Et bien Kassovitz l’a fait !

    C’est donc à juste titre qu’il s’en prend au cinéma français qu’il trouve (et pas que lui au passage) trop peu ambitieux dans un entretien accordé au magazine So Film :
    « J’aime bien Belmondo qui marche sur le métro… Mais Belmondo saute quinze mètres trop tôt pour se mettre à genoux, même s’il fait de grands gestes. Jackie Chan, s’il rate, il se prend le mur et il meurt. C’est une mentalité différente, et c’est plus excitant. Mais du coup, exporter Peur sur la ville, c’est impossible. Parce que le film n’est pas bon, que les cascades ne sont pas au niveau et parce qu’on essaie de faire de l’américain sans l’argent des Américains. Les Chinois, eux, font du chinois avec beaucoup d’argent et ils le font depuis quarante ans ».

    Dans un autre entretien accordé à Télérama cette fois, à la question Quel est le cinéma que vous aimez ?, il répond tout simplement : « Vous me filez un Jean-Claude Van Damme et je suis content. Ou un Jackie Chan… Je remercie le ciel pour les cinq minutes géniales qu’il y a toujours dans ses films. En fait, je suis fan de deux personnes au monde : Chan et Spielberg ».

    Alors à quand un Jackie Chan sous l’œil de Mathieu Kassovitz ? Ça pourrait être sympa, un polar aussi rageur que son auteur !
    Kassovitz, on en pense ce que l’on veut. Mais votre serviteur adhère et je vous invite grandement à lire intégralement ces entretiens.

Laisser un commentaire

*