• Home ·
  • Entretien ·
  • Traduction d’une interview du producteur russe de The Mystery of The Dragon Seal pour Metro News Russia
  • 08Juin

    Traduction d’une interview du producteur russe de The Mystery of The Dragon Seal pour Metro News Russia

    Le 28 mai dernier, a eu lien à Saint-Pétersbourg, la première conférence du film The Mystery of The Dragon Seal en présence du producteur et scénariste Alexey Petrukhin et l’actrice russe Anna Churina. Le public russe les connaissent bien par rapport au film La Légende Viy sortie en 2014 connu comme l’un des films les plus rentables du cinéma Russe.

    Réalisé une nouvelle fois par Oleg Stepchenko, The Mystery of The Dragon Seal est une nouvelle aventure du cartographe Jonathan Green (Jason Fleming) et sa chère Miss Dudley (Anna Churina). Mais ce n’est pas tout: Jackie Chan, Arnold Schwarzenegger, Rutger Hauer, Charles Dance, Martin Klebba, Alexander Robak sont également présent !

    Avant même sa sortie, le film est déjà connu pour être le film le plus cher de l’histoire du cinéma Russe (50M$ de budget) et le film est déjà dans le top 10 des films les plus attendus de l’année en Russie.

    Lors de la présentation  une nouvelle bande-annonce du film a été présenté au public et ils ont raconté le tournage.
    Anna Churina a declaré : « Nous nous sommes fait des amis, à l’occasion, nous communiquons avec Jackie et Arnold, même si lors du tournage, j’ai accidentellement cassé le nez d’Arnold ».

    « Anna ne voulait pas mais on lui a demandé de raconter la scène », a interrompu Alexey Petrukhin en plaisantant.

    « Bien sûr, nous étions tous terrifiés », a poursuivi Anna. « Nous pensions qu’il fallait arrêter le tournage. Mais Arnold a tout enduré calmement et a dit: « Nous continuons ! ». C’est un vrai professionnel. Comme tout le monde, je suis fan de Game of Thrones. Et mon père dans le film est joué par Charles Dance (l’interprète de Tywin Lannister) ».

    Après la présentation, Alexey Petrukhin, producteur du film s’est entretenu avec Metro News (Russe). Ci-dessous la traduction:

    Dans certains médias, le nom du film est « Viy 2: The Mystery of the Dragon Seal ». Ce film peut-il être considéré comme une suite ?

    Pas vraiment. Nous allons sur le principe de la franchise. C’est une histoire complètement nouvelle. Et nous sommes déjà prêts à présenter le troisième chapitre film « At the threshold of immortality » (« Au seuil de l’Immortalité » en français), dans lequel les personnages iront en Inde. Mais pour rafraîchir les mémoires, le premier film va ressortir dans les salles le 22 août.

    En 2014, « La Légende de Viy » fut un énorme succès, aviez-vous déjà décidé d’en faire une franchise ?

    « Viy » est un conte classique de Nicolas Gogol. Initialement, en 2006, il y avait une trilogie. Le second « Viy » devait s’appeler « Voyage de Transylvanie à Moscou ». Le troisième « Voyage en Chine ». Et dans le quatrième, les héros partaient pour l’Inde. Mais en lisant le script du premier, je me suis rendu compte qu’il s’agissait d’un remake de Vij de 1967. Un simple remake ne peut parler au spectateur moderne. Alors nous avons décidé de combiner le premier et le deuxième chapitre.

    Comment avez vous convaincu Jackie Chan et Arnold Schwarzenegger, combien de scènes figuraient dans la proposition de tournage ?

    – Je rêvais depuis mon enfance de les voir s’affronter ! Je suis allé chez Arnie et j’ai eu 30 secondes pour lui dire :  « J’ai un film cool à vous proposer, j’ai déjà convaincu Jackie Chan, réfléchissez avant de refuser ». La première étape a été difficile – ils devaient tomber amoureux du film, il fallait leur dire pourquoi ils devaient participer et en quoi ça serait intéressant. Et ils ont accepté. La deuxième étape – les coûts. Nous ne pouvions pas les payer. Je leur ai proposé d’être les producteurs du film. Et ils ont accepté.

    Et quel message as-tu essayé de transmettre à chacun d’eux ? J’imagine que l’argument  n’était pas pour l’amour du cinéma russe …

    – Non bien sur ! Tout le monde a besoin d’entendre ce qu’il a besoin d’entendre. J’ai analysé chaque personnage et je me suis rendu compte que Jackie et Arnie étaient nécessaires. Jackie Chan dans sa carrière a fait environ 200 films. Nous avons convenu avec lui d’unir les cultures. Nous avons décidé que si nous unissons nos cultures, nous pouvons tout conquérir: les magiciens et les forces d’un autre monde. Et avec Arnold, c’est une autre histoire. Tout le monde l’exploite comme un «Terminator» –bang, bang, boum ! Et je lui ai suggéré un autre type de héros. James Cook, le directeur de la prison de Tower, dont jamais personne n’a pu s’échappé. Cook a introduit les combats sportifs en prison et a instauré des règles. Arnie est venu sur place et en se voyant il a crié: » Waouh ! ».

    Question préférée des cinéphiles : Jackie Chan et Schwarzenegger sont-ils facile à gérer sur le plateau ?

    Ce sont des professionnels. Classiquement: même à 8 heures du matin, vous pouvez lui dire: lève-toi comme ça, assieds-toi, viens ici. Vous pouvez expérimenter et ils comprennent, même s’ils ne sont pas d’accord.

    D’où provient l’argent du film le plus cher de l’histoire du cinéma russe ?

    Premièrement, ce film est une coproduction entre la Russie et la Chine. Pour la première fois dans l’histoire des relations russo-chinoises, les cinéastes ont reçu l’autorisation officielle des autorités chinoises pour la coproduction. Il y a aussi des investisseurs comme Jackie Chan. Du côté russe – la société STV, apporte son soutien. Il y a des investisseurs  russes – par exemple, l’homme d’affaires Gleb Fetisov, qui a récemment investi dans notre film.

    Avant le tournage du premier film, des négociations avaient eu lieu avec Brad Pitt, Pierce Brosnan, Vincent Cassel … et d’autres célèbres noms. Qu’est-ce que les stars « ont demandé », pourquoi les négociations ont-elles échoué ?

    Avec Pierce Brosnan, nous nous sommes serré la main, il devrait prendre un avion du Canada pour Londres pour signer un contrat. À un moment donné, nous nous sommes assis et avons pensé: James Bond en tant que cartographe ? En général, avec les stars d’Hollywood, il est très difficile de rivaliser – tous ont des graphiques, des frais. Nous avons commencé par trier les films populaires. Puis nous avons pensé à Jason Fleming ! Il est dans tous les blockbusters hollywoodien, mais il n’avait pas encore eu reçu de rôle principal. C’est comme ça que notre cartographe est apparu.

    Hollywood cherche juste une « star » ou sont-ils plus professionnels ?

    Les deux à la fois. Les gens ont du talent et un visage que chaque spectateur connaît ! Pour le spectateur, l’histoire est importante, la qualité des effets spéciaux aussi. Mais pour les attirer, il faut des têtes d’affiches.

    Comment as-tu choisi les genres pour « Viya 3 D » et pour « Les secrets du sceau de dragon »?

    The Mystery of the Dragon Seal est une fantaisie que nous avons combiné à un film historique. Nous l’avons tourné spécialement pour la 3D. Nous avions un ingénieur en stéréographie qui a bossé  avec James Cameron sur Avatar. C’est très coûteux ! Nous avons travaillé sur chaque mouvement, cadre,  mouvement de caméra. Sur La Légende de Viy nous l’avons d’abord écrit comme thriller, à 100%. Ensuite nous avons recherché le public d’horreur et fantastique. Je suis toujours attentif à la réaction du public, je mène des enquêtes et je voyage à travers le pays. Parfois, lors de réunions avec le public, je collecte des opinions, parfois, parfois même de manière agressive. Je n’ai pas besoin d’éloges. J’ai besoin d’une vraie opinion pour parfaire le prochain film.

    The Mystery of The Dragon Seal sort en Russie le 19 septembre

    Source: Metro News (Russe)

Laisser un commentaire

*