Bluffant ! A LEGEND dévoile le double rajeuni de Jackie Chan

1344 Views 2 Comments

En ce jour festif de Nouvel An chinois sous le signe majestueux et puissant du Dragon, Jackie Chan profite de ses meilleurs vœux pour nous présenter son double rajeuni par l’IA qui officiera dans les scènes se déroulant dans le passé de son prochain film A Legend.

Il faut avouer que la technologie est impressionnante et le résultat carrément troublant pour les fans de la première heure qui ont connu un Jackie Chan dans la vingtaine. C’est d’ailleurs très rassurant de la part de la production chinoise quand on sait qu’il y a encore quelques années de cela, les effets numériques laissaient souvent à désirer dans les productions locales. Depuis, des films comme The Battle at Lake Changjin, Wandering Earth ou encore Creation of the Gods viennent prouver que les effets visuels des productions chinoises peuvent tenir tête à Hollywood. En espérant que ce soit également le cas avec A Legend.

 

Reste à savoir si Stanley Tong a choisi de faire jouer Jackie ou de changer carrément le visage d’un autre acteur notamment durant les scènes d’actions. On se souvient encore du côté « bizarre » que donnait le Robert De Niro rajeuni de The Irishman. En réalité, âgé de 76 ans, le visage de De Niro avait certes celui de la trentaine, mais ces déplacements qui manquaient parfois d’assurance trahissaient le processus.

Alors certes, Jackie est encore très physique pour son âge. Mais il ne peut rivaliser avec la souplesse et l’explosivité d’un jeune homme. On reste donc très curieux du résultat final.

Jackie Chan en profite également pour confirmer la sortie du film en 2024. La septième collaboration entre Jackie Chan et Stanley Tong devrait logiquement sortir avant l’été ou aux alentours de la fête nationale chinoise.

Pour rappel, A Legend est une sorte de suite de The Myth sorti en 2005 qui reprend le même style de structure narrative à travers une histoire d’amour où très lointain passé et présent s’entrecroisent. Dans ce nouveau film, Le professeur Chen (joué par Jackie Chan), un archéologue, a remarqué que la texture des reliques découvertes par ses étudiants lors de la fouille d’un glacier ressemblait beaucoup à un pendentif en jade aperçu dans l’un de ses rêves. Le professeur Chen et son équipe se lancent alors dans une expédition dans les profondeurs du glacier.

Le casting principal est composé de la mannequin et actrice Nazha, du chanteur et comédien Zhang Yixing et des comédiens Aarif Lee et Li Chen.

Ci-dessous, le 1er teaser du film

 

Ci-dessous, un visuel sorti pour le Nouvel an chinois.

 

 

 

2 Comments
  • dragonheart

    Répondre

    C’est pas mal, mais un peu lisse comme beaucoup d’effets numériques. Reste à voir les expressions faciales, comment il bouge dans un environnement et les interactions avec les autres acteurs.

    Je n’ai pas vu Irishman, par contre j’ai vu le dernier Indy. A part quelques courts plans un peu étranges, le rajeunissement d’Harrison Ford est spectaculaire. Après je suis contre le tout numérique. Rien ne vaut des trucages pratiques et de vrais décors. C’est pour ça que je loue le travail de McQuarrie sur MI qui a su garder un style visuel sobre.

    • Tirry

      Le dernier M.I est tout de même bourré de trucage VFX. Mais l’exécution réaliste est maligne et bien foutue, c’est indéniable.
      Stanley Tong est également connu pour être un cinéaste tout aussi sobre dans sa mise en scène. (Il sait les mettre en boite, c’est pas là le problème principal de Kung Fu Yoga et Vanguard). C’est juste qu’en plus de l’absence de scénario convenable et de casting à la ramasse, il a cédé à la mode chinoise de l’utilisation systématique des vfx. Une mode qui vient de la fascination de l’industrie chinoise pour des productions hollywoodiennes « clés en main » comme les derniers Fast and Furious et les Marvel. Des films américains qui ont cartonné en Chine. Ou qu’il soit, la logique de « marché » est impitoyable et fait souvent abstraction de toute raison.

      Par ailleurs, il ne serait pas étonnant que les séquences du passé de A LEGEND soient meilleures que celles du présent, car dans un style plus proche du savoir-faire de Stanley Tong et des équipes de l’industrie du cinéma chinois.
      Le temple sous le glacier pourrait par contre piquer les yeux… À voir.

Leave a Comment