• Home ·
  • À la une ·
  • Entretien exclusif avec Pierre Bourdaud, le comédien et cascadeur français qui bosse avec la JC Stunt Team.
  • 05Avr

    Entretien exclusif avec Pierre Bourdaud, le comédien et cascadeur français qui bosse avec la JC Stunt Team.

    Alors que le monde entier vie à l’heure de la pandémie de coronavirus, obligeant les populations à se confiner chez eux. La Chine, elle, reprend progressivement son rythme normal après 70 jours de confinement. L’industrie du cinéma mondiale lui est toujours à l’arrêt. Par conséquent, les infos sur Jackie Chan sont également au ralentit. C’était l’occasion pour nous de vous présenter Pierre Bourdaud, un comédien et cascadeur français expatrié à Beijing et que l’on retrouve régulièrement dans les films de Jackie Chan, mais pas que… ainsi il a travaillé sur la dernière comédie de Stephen Chow, New King of Comedy et non content de ce palmarès, il a bossé sur les deux plus gros succès de l’histoire du box-office chinois, à savoir Wolf Warrior 2 et The Wandering Earth.

    Très loquace et humble, Pierre Bourdaud a bien voulu répondre à nos questions. Il nous parle de son parcours, de la JC Stunt Team mais également – actualité oblige – de son expérience du confinement durant l’épidémie de covid-19 en Chine. Et cerise sur le gâteau, il nous donne les clés pour travailler au sein de l’équipe de cascadeur de Jackie Chan.

    Bref, la parole est à lui.

    Bonjour Pierre Bourdaud, peux-tu te présenter à la communauté de JACKIE CHAN FRANCE ?

    Bonjour à tous, je m’appelle Pierre Bourdaud, j’ai 39 ans et je suis originaire de Nantes. Je vis à Pékin depuis maintenant 16 ans, et j’y exerce les métiers d’acteur, de réalisateur, de cascadeur et de doubleur (voix). Au cours de ma carrière j’ai eu le privilège de travailler avec Jackie Chan sur 4 de ses films: Chinese Zodiac, Dragon Blade, Skiptrace et Project X-Traction, en tant que cascadeur, mais J’ai aussi eu la chance de travailler sur davantage de ses films, en tant que doubleur son.

    Être cascadeur et comédien a-t-il toujours été ton but ?

    Oui, pour autant que je me souvienne, j’ai toujours voulu être acteur… Cascadeur c’est venu un peu plus tard. Depuis tout petit je m’intéresse au théâtre et au cinéma. Mes plus beaux souvenirs à l’école, ont toujours été les spectacles de fin d’année sur scène, et je pense que j’ai toujours eu ça dans le sang.

    Bien sûr ça a été difficile à faire comprendre à ma famille et à mes profs, car la plupart des gens s’imaginent que devenir acteur veut dire « devenir une star »: les chances sont bien maigres et personne n’imagine que vous puissiez y parvenir un jour. Mais en ce qui me concerne, la célébrité ne m’a jamais attiré, bien au contraire. Pour moi, jouer sur scène était avant tout un moyen de m’exprimer, mais aussi de combattre ma timidité, car en devenant quelqu’un d’autre j’apprenais à ne plus me regarder, et finalement à m’accepter. C’était un besoin presque vital plus qu’une recherche de gloire et de succès… Et pour tout dire, pour moi ces deux derniers ne sont vraiment pas nécessaires. Le simple fait de pouvoir enfin exercer ce métier et d’en vivre (modestement) me suffit largement. Par ailleurs je suis très conscient d’être un privilégié car j’ai la chance immense d’aimer profondément mon travail.

    Pour ce qui est de la cascade, j’avoue que c’est d’abord Bruce Lee qui m’a inspiré à travers ses films. Paradoxalement à l’époque, le cinéma et les arts martiaux étaient pour moi deux choses bien distinctes. J’ai donc commencé les arts martiaux vers 8 ou 9 ans (à travers le judo, notamment) sans jamais penser un jour faire le même métier que mes idoles de jeunesse. C’est seulement plus tard, et grâce aux films de Jackie Chan, mais aussi Jet Li, ou encore Jean-Claude Van Damme que j’ai commencé à imaginer la possibilité de faire des scènes d’action à l’écran.

    Presque 10 ans et 3 titres de Champion de France de Viet Vo Dao plus tard, je filmais ma première scène d’action dans une série télé Chinoise.

    Qu’est ce que ça fait de bosser aux côtés de la légende ?

    Quand on voit Jackie pour la première fois, le temps s’arrête pendant quelques secondes, et on a du mal à réaliser que c’est bien lui. Je me souviens de m’être fait la réflexion: « il est vachement grand! Ça peut pas être lui! » (En effet, Jackie est bien plus grand qu’il ne paraît à l’écran!). Et puis cette espèce de flottement ne dure pas. En quelques minutes on se rappelle qu’on est là pour travailler, et tout devient normal, voire presque banal. L’équipe de Jackie (Cheng Jia Ban) étant super professionnelle, on est tout de suite dans le bain, et l’attitude décontractée de Jackie ou « Da Ge » comme tout le monde l’appelle ici, fait qu’on oublie tout de suite son statut de superstar. Il est partout: sur scène avec les cascadeurs pour répéter, puis il passe derrière la caméra pour jeter un œil, il revient et arrange les costumes des figurants, il dit à tout le monde ce qu’on va faire, crie « 1,2,3, action! », il fait la scène, crie « coupez! », passe à la régie, et revient sur scène distribuer des boissons et des biscuits à tout le monde… il ne s’arrête jamais! Il est presque comme un grand-frère avec lequel on joue quand on est petit: il gère TOUT, mais tout en s’amusant aussi avec nous. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle on l’appelle « Da Ge », car « Da Ge » veut en effet dire « Grand-Frère » en chinois mandarin.

    Comment tu t’es retrouvé à bosser au côté de la Jackie Chan Stunt Team ?

    C’est une histoire presque banale, finalement. C’était avant le tournage de Chinese Zodiac en 2010. Étant donné que le film se passait en partie en France, la production cherchait des acteurs francophones en Chine, et un ami qui avait déjà travaillé avec la Stunt Team (Ian Powers) m’a alors dit d’appeler personnellement le coordinateur des cascades (He Jun). Fait du hazard incroyable, quand je l’ai appelé il était justement en tournage à Qingdao, à seulement quelques kilomètres d’où je me trouvais à ce moment-là (dans un pays grand comme 17 fois la France, la probabilité de se retrouver à moins de 10Km l’un de l’autre au même instant est des plus infimes!). Je suis donc allé le voir et nous avons discuté en tête à tête pendant une vingtaine de minutes.

    Quelques semaines plus tard il m’a rappelé et j’ai participé au premier casting d’action pour ce film: j’ai fait une démonstration seul, puis une chorégraphie un contre un, puis une avec He Jun (pour voir si on contrôlait bien les coups), puis une chorégraphie à quatre. Quelques semaines plus tard et contre toute attente, je fus rappelé pour un deuxième, puis un troisième et dernier casting.

    Attention, c’est à ce moment-là que j’ai failli perdre le rôle! En effet, alors que tous les castings s’étaient très bien passés, mon agent m’a appelé pour me dire que je n’avais pas été retenu car je n’avais pas l’air assez méchant pour jouer un pirate. La déception passée, je me suis alors souvenu d’une anecdote concernant Marlon Brando et comment il avait obtenu son rôle iconique dans le Parrain alors que le Studio ne voulait pas de lui: c’est lui qui avait eu l’idée d’ajouter les « joues » de Don Corleone en se mettant quelque chose dans la bouche et ce faisant avait réussi à convaincre le Studio qu’il était parfait pour le rôle.

    On lui avait dit « non », et il ne s’était pas dégonflé: j’allais en faire autant! Pas rasé ce jour-là (heureusement!) j’ai donc décidé de me « déguiser » en pirate bien méchant, et j’ai pris des photos que j’ai tout de suite envoyées à mon agent en lui demandant de les montrer à la production, « juste pour être sûr ». En moins d’une heure, j’avais la réponse: j’étais pris! Comme quoi, ne pas s’avouer vaincu peut toujours servir! Merci Marlon !!!

    Quelles sont les qualités qu’il faut avoir pour espérer faire partie de l’équipe de cascadeurs de Jackie Chan ?

    Il en faut beaucoup évidemment, mais ce ne sont pas forcément celles qu’on croit! Bien sûr, avoir un background solide en arts martiaux est un gros plus, mais cela ne fait pas tout. Pour vous donner un exemple, après avoir passé mon premier casting pour Chinese Zodiac et vu les monstres d’athlètes avec lesquels j’étais en compétition, j’étais quasiment certain de ne pas être retenu, mais ce ne fut pas le cas. Ces types bien meilleurs que moi en arts martiaux ont aussi été testés sur leur jeu d’acteur, mais aussi sur la précision et le contrôle de leurs coups ou encore leur habilité à recevoir ces coups (extrêmement importante aussi!), ce à quoi il faut encore ajouter des dizaines d’autres détails qui font qu’être un très bon athlète ne suffit pas.

    La Stunt Team recherche des gens qui ont du talent dans des tas de domaines différents. Si vous êtes un bon danseur, un bon gymnaste, un bon boxeur, si vous êtes bon en parkour… etc, vous êtes potentiellement quelqu’un qui peut les intéresser. Mais sachez une chose, et je l’ai entendu énormément de fois dans ce milieu: soyez une BONNE personne! Soyez gentil, poli, humble, respectueux, travaillez dur, et soyez un team-player. Le vrai talent c’est aussi ça.

    Croyez-moi, j’ai vu défiler beaucoup de gens « talentueux » dans ce métier, mais sans les qualités que je viens d’énumérer, le talent seul ne vous fait pas durer… Vous n’aurez qu’une seule chance avec la JC Stunt Team, ne laissez surtout pas votre ego la gâcher. Encore une fois, si le talent vous ouvre la porte, le travail et l’humilité vous aideront à la garder ouverte.

    Quels sont les principaux changements survenus au fil des ans dans la cascade qui méritent d’être soulignés ?

    Je ne peux parler que de ce que j’ai vu en Chine ces dernières années, et le changement le plus frappant est sûrement au niveau des conditions de sécurité des personnes. À mes débuts, j’avais souvent l’impression qu’on était remplaçables en deux minutes: « Oh tu t’es cassé la jambe? Bon ben c’est pas grave, rentre chez toi. Toi, mets son costume et on reprend! » Au fil des ans j’ai effectivement vu beaucoup de gens se blesser (même parfois grièvement), et je me suis moi-même fait bien mal à plusieurs reprises en raison du peu d’attention portée à la sécurité sur le plateau (doses d’explosifs au pifomètre, attaches de câbles douteuses, conditions de répétition des cascades déplorables, voire inexistantes, formation très sommaire des « experts »… etc.)

    De nos jours, j’ai vraiment l’impression qu’un effort a été fait pour protéger les cascadeurs et les gens autour. C’est évidemment valable pour la JC Stunt Team, qui est parmi les meilleures équipes (sinon la meilleure) avec lesquelles j’ai travaillé au cours de ma carrière.

    Voici d’ailleurs un petit conseil pour ceux qui veulent se lancer dans la cascade: si un coordinateur très célèbre sur une superproduction vous demande de vous jeter d’un toit, sans protections, à travers une plaque en verre véritable, pour que vous atterrissiez dans une cuve de pétrole en feu et que même si vous avez 50% de chances de vous blesser, vous aurez une nomination pour l’Oscar de la meilleure cascade garantie… Vous faites quoi?

    Sachez que ceux qui répondent « Ouais, je me jette! J’ai même pas peur! 50/50 de toutes façon ça va! Je suis un guerrier, moi! », ne gagnent pas le respect des autres cascadeurs, bien au contraire! Un cascadeur n’est pas une tête brûlée qui fonce tête baissée en risquant sa vie à chaque prise. Un cascadeur est un artiste qui prend des risques calculés et qui est capable de refaire la même cascade plusieurs fois d’affilée, sans se blesser. Bien sûr on risque tous notre vie à un moment donné, mais un bon cascadeur essaye toujours de réduire ce risque au plus près possible de zéro. Ceux qui n’ont pas peur et qui prennent de trop gros risques ne sont pas considérés comme des pros dans notre métier. Donc la bonne réponse est de dire « Non, je ne prends pas le risque de ne pouvoir faire qu’une seule prise. »

    A 65 ans, Jackie Chan continue à œuvrer dans le cinéma d’action. Continue-t-il à s’entraîner régulièrement ? Quel est son programme ?

    C’est évident ! À son âge n’importe qui serait tout à fait incapable de faire ce qu’il fait sans un minimum d’entraînement. Par contre, je dois avouer que je n’ai jamais vu Jackie faire plus que des étirements ou des petits échauffements avant les prises sur un plateau de cinéma. Il conserve toujours son énergie. Pour ce qui est de son programme, là je ne peux rien dévoiler car je ne me suis jamais entraîné avec lui, seulement avec son équipe. C’est bien que Jackie garde aussi une part de mystère. Quoi qu’il en soit, il est toujours prêt et en excellente condition physique quand il arrive sur un tournage.

    En Chine, Jackie Chan fait beaucoup pour que les cascadeurs soient reconnus dans le monde entier. Les Hong-Kong Films Awards ont depuis longtemps intégré à leurs récompenses celui de la meilleure chorégraphie d’actions. Selon toi, pourquoi l’occident (notamment les Oscars) a-t-il tant de mal à reconnaître les incroyables performances des cascadeurs ?

    Ça vient peut-être du fait que les cascadeurs ont toujours travaillé un peu dans l’ombre… pour être reconnus il faudrait d’abord que les acteurs reconnaissent eux-mêmes qu’ils ont des doublures pour leurs cascades, par exemple (énorme respect à Scott Adkins qui l’a d’ailleurs fait récemment en félicitant mon pote Brahim Chab pour l’avoir doublé sur certains coups de pieds), mais là encore c’est délicat parce que le doubleur doit passer inaperçu, un peu comme dans un tour de magie. Finalement quand on explique le truc, l’effet magique disparaît et le public perd peut-être quelque chose.

    Vous savez, c’est un milieu très particulier la cascade. C’est un groupe dans un groupe. Et comme c’est un métier atypique (et parfois dangereux), il y a un respect mutuel et un esprit familial qui y règne. On fonctionne un peu comme une tribu, comme une famille et on entretient presque un mystère pour les gens qui ne sont pas du milieu. De ce fait, peut-être qu’une sorte de mur invisible s’est crée entre le monde de la cascade et le reste de notre industrie.

    Quoi qu’il en soit, il est évident pour moi que la cascade doit être reconnue par le monde du cinéma. Les cascadeurs sont parmi les travailleurs les plus acharnés et les plus sérieux du monde, sans compter qu’ils payent parfois le prix fort pour que le public passe un bon moment. Combien de films seraient passés inaperçu sans les cascades? C’est une evidence que quelque chose doit être fait, et je respecte beaucoup Jackie pour ce qu’il entreprend sur ce sujet.

    Quel conseil donnerais-tu à quelqu’un qui souhaite intégrer la Jackie Chan Stunt Team ?

    Comme je l’ai dit précédemment, ayez du talent, oui, mais soyez surtout une bonne personne. Avec Cheng Jia Ban, on écoute, on observe, on obéit, on travaille dur, on se protège, on protège les autres, et on respecte TOUT LE MONDE ! Ceux qui intègrent l’équipe en se disant « Je vais devenir une méga-star » ne font généralement pas long feu au sein du groupe.

    Il faut aussi évidemment apprendre le mandarin ! La JC Stunt Team est principalement composée de Chinois, et pour une entente et une coopération parfaite, il va de soi que la communication est extrêmement importante, ne serait-ce que pour des raisons de sécurité. Donc si vous voulez essayer, je vous conseille de commencer à apprendre dès maintenant.

    Quelles sont les scènes d’actions dont tu es le plus fier ?

    Honnêtement, je n’ai pas de souvenir de scènes en particulier. J’ai fait des choses dont j’ai été fier sur le moment parce que j’avais réussi à vaincre ma peur (quand on vous lâche de 5 étages accroché à un seul câble d’un cm de diamètre, vous êtes content de rentrer chez vous le soir, par exemple), mais je ne me focalise jamais sur le produit fini. Pour moi c’est le processus de création qui est le plus important et dont je garde les meilleurs souvenirs. Les délires qu’on se tape sur les plateaux avec les potes (souvent pour faire retomber la pression entre deux scènes difficiles), c’est ça qui me pousse à continuer ce métier. De même que ce que j’aime le plus dans le théâtre, ce sont les répétitions et le travail en amont, plus que les représentations elles-mêmes. Donc, encore une fois, non, désolé, je n’ai pas de scène en tête.

    Quelles sont tes futurs projets ?

    Pour l’instant avec l’épidémie de Covid-19, tous les projets sont en attente, et personne ne sait quand tout va reprendre, mais j’essaye de profiter de ce temps libre pour développer quelques projets que je compte réaliser prochainement. En ce qui concerne l’acting et la cascade, c’est un énorme point d’interrogation mais j’espère que tout va revenir à la normale très bientôt.

    Tu as travaillé sur Project X-Traction. Nous sommes nombreux à nous demander pourquoi le film tarde à sortir. Pas même une photo du film a été montré. Aurais-tu des news à partager ?

    Pour la raison derrière le fait que le film a été repoussé plusieurs fois, je ne peux que spéculer comme tous les autres. Ça peut être dû à la pandémie de coronavirus (comme c’est le cas pour Vanguard, par exemple), mais aussi pour tout un tas d’autres raisons qui peuvent être parfois politiques (les lois Chinoises changeant souvent au niveau de l’audiovisuel, certains films doivent être révisés), parfois économiques, parfois stratégiques (la date de sortie détermine souvent le niveau des revenus des films), parfois farfelues. Le fait est que je n’ai pas d’information en ce qui concerne ce film en particulier, mais j’ai en revanche une bonne nouvelle !

    Il y a de cela quelques mois, j’ai été invité à participer au doublage son de certaines scènes de Project X-Traction, et en général quand on fait des finitions et qu’on voit que le film est déjà monté (même si certains effets spéciaux n’étaient pas encore tout à fait finis), on peut être optimiste quand à une sortie relativement proche du film. Donc on croise les doigts !

    Y-a-t-il un film d’action qui t’a réellement impressionné durant cette dernière décennie ?

    Il est très difficile d’en choisir un seul, mais je dirais peut-être les John Wick et les Mission Impossible. Non pas que j’ai aimé les films en eux-mêmes (je les ai même trouvés plutôt moyens pour tout dire), mais j’ai beaucoup aimé le niveau d’implication de Keanu Reeves et de Tom Cruise. On peut voir qu’ils ont énormément travaillé, et le résultat à l’écran est évident. J’ai beaucoup de respect pour les acteurs qui s’impliquent à 100% et les gens qui comme eux poussent cette implication à l’extrême devraient être récompensés pour leurs efforts.

    Tu vis à Beijing. Comment la Chine a-t-elle gérer l’épidémie du Coronavirus ?

    Je pense que la Chine a fait ce qu’il fallait faire en dépit des retombées économiques catastrophiques que leurs mesures impliquaient, afin de protéger les personnes en priorité: quarantaine, masques obligatoires, contrôles fréquents… etc. Les gens en France doivent eux aussi avoir une petite idée de ce à quoi ça ressemble, car ils vivent la même chose en ce moment. Comme vous, on est aussi passés par le confinement (on en sort tout doucement), et même si c’est une période un peu compliquée pour beaucoup, je pense qu’il faut essayer de voir le bon côté des choses et essayer de profiter de ces moments rares en famille où l’on n’a pas d’impératif autre que celui de passer le temps.

    Comment as-tu vécu la période de confinement ?

    J’ai essayé de prendre ça comme une aubaine, et de profiter de chaque moment avec ma femme et mes enfants; j’ai aussi essayé de faire les choses que je passais mon temps à repousser et que je n’aurais pas eu le temps de faire sans être obligé de rester chez moi; et enfin je me suis reposé. La seule différence entre deux mois de « prison » et deux mois de « vacances à la maison », c’est votre attitude. J’en viens presque à me demander si ça ne serait pas une bonne chose d’avoir un mois de confinement par an pour que tout le monde respire un peu, mais je pousse peut-être le bouchon un peu trop loin.

    Quelle est la situation actuelle en Chine. As-tu repris le travail ?

    La vie reprend son cours normal, pas à pas. De plus en plus de magasins rouvrent leurs portes, mais le port des masques obligatoire dans les lieux publiques et les contrôles de température aux accès sont toujours en vigueur. La plupart des gens que je connais ont repris le travail, mais dans notre industrie les gros projets sont toujours sur pause.

    Pour ma part j’ai travaillé sur deux petits projets indépendants (en tant qu’acteur) ces dernières semaines, mais il va falloir encore un peu de temps avant de revenir à la normale. Restons positifs malgré tout: les gens dans la rue semblent heureux ici, et l’humeur générale est globalement très bonne, et renforcée par un magnifique soleil printanier. Il est évident que tout le monde se sent en sécurité, ici à Pékin.

    Les médias et gouvernements occidentaux tentent de faire porter la responsabilité sur la Chine en pointant un manque de transparence du gouvernement chinois. Pourtant la Chine a fermé les cinémas et a fait construire deux hôpitaux en 10 jours dès fin janvier. De ton point vu, comment les chinois voient la gestion des pays occidentaux notamment la France ?

    C’est un jeu auquel toutes les puissances du monde semblent jouer ces derniers temps: ils se montrent du doigt pour se rejeter la responsabilité. Sans vouloir rentrer dans un débat politique, les derniers mois ont prouvé qu’en matière de transparence et de gestion de la crise, la France n’était pas parfaite nonplus. Quand on a plus d’un mois pour se préparer avec des exemples tout autour (dont l’Italie, voisine!) et qu’on ne prend des mesures au compte-goute en mentant en plus aux citoyens quant à l’efficacité des masques tout ça parce qu’on n’en a pas, on ne peut qu’aggraver le problème.

    Les Chinois ne comprennent pas non plus que beaucoup de Français refusent de se soumettre au confinement, surtout après avoir passé ces deux derniers mois à essayer de contenir le virus sur leur territoire. Ils ont peur que leurs efforts aient été vains et que les autres pays ne relancent l’épidémie juste au moment où ils sortent la tête de l’eau. Ils trouvent enfin criminel que certains gouvernements doutent encore de l’efficacité des masques, et espèrent que le civisme des populations « civilisées » ne soit pas oublié par des citoyens en manque de « liberté individuelle »…

    Mince, j’avais dit que je voulais pas entrer dans un débat politique.

    As tu une anecdote à partager à propos de toi et Jackie ? Un souvenir de tournage ou autre.

    Sachez que Jackie a une excellente mémoire ! Laissez-moi vous raconter le jour où il m’a reconnu et appelé par mon prénom alors qu’il ne m’avait pas vu depuis deux ans:

    Après avoir collaboré avec son équipe lors du tournage de Chinese Zodiac, j’avais gardé contact avec bon nombre des membres de la JC Stunt Team. Je tournais alors une série dans les studios de Hengdian, et non loin de là, le tournage de Dragon Blade commençait avec Jackie en acteur principal. J’avais donc décidé d’aller faire un petit coucou à l’équipe sur le plateau et alors que je discutais avec l’un de ses cascadeurs, Jackie lui demanda de s’approcher et il commença à me montrer du doigt. N’étant pas membre de la production, j’étais persuadé que ce qu’il lui disait en me pointant de l’index était de l’ordre du: « Il n’a rien à faire ici ce mec, vire-le du plateau! » C’est alors que Jackie me demanda de venir près de lui. Il me regarda longuement et dit: « J’ai l’impression qu’on se connaît! » Très heureux de ne pas être renvoyé sur-le-champ, je lui expliquai alors que nous avions travaillé ensemble sur Chinese Zodiac, sur quoi il s’exclama avec un grand sourire: « Xiaolong ! » (mon prénom en chinois). J’avoue que la surprise était tout aussi grande que la joie d’être reconnu par quelqu’un de son envergure. Le destin voulut que dans les semaines qui suivirent, je sois invité à rejoindre l’équipe de ce même film et ce tournage, bien qu’extrêmement difficile physiquement, devint lui aussi un souvenir inoubliable.

    Que signifie « Xiaolong » ? Quand on travaille en Chine, on adopte un nouveau prénom ?

    Ca signifie « Petit Dragon ». Et oui, c’est mieux d’avoir un nom chinois ici, ne serait-ce que pour des raisons de prononciation et de mémorisation pour nos collaborateurs.

    Un dernier mot aux lecteurs de Jackie Chan France ?

    Tout d’abord merci d’avoir lu jusqu’ici et merci pour le soutien que vous apportez à Jackie Chan et à son équipe. Vous savez, j’ai rencontré beaucoup de stars dans ma carrière, et très peu d’entre elles ont le talent, la gentillesse et l’humilité de Jackie. Il est de ceux qui méritent vraiment leur statut, et en contribuant à son succès, vous contribuez aussi à sauver la planète ! Da Ge est en effet très impliqué dans beaucoup d’organisations environnementales et de protection des animaux, et il essaye par tous les moyens de faire en sorte que notre planète se porte mieux, donc merci à vous !

    Enfin, dans ces moments un peu particuliers et difficiles pour certains, souvenez-vous de bien rester chez vous, de vous laver souvent les mains, de prendre soin de vous et des vôtres, et enfin, de ne jamais abandonner vos rêves, car qui sait, un jour ou l’autre ils peuvent très bien se réaliser ! Bonne continuation à tous !

     

    Propos recueillis par Thierry Lorenzi

Laisser un commentaire

*