• Home ·
  • Films ·
  • JAYCEE CHAN BANNI DE L’INDUSTRIE DU DIVERTISSEMENT CHINOIS ?
  • 21Mar

    JAYCEE CHAN BANNI DE L’INDUSTRIE DU DIVERTISSEMENT CHINOIS ?

    C’est un tremblement de terre sur la planète Jackie Chan. Son fils Jaycee Chan pourtant promis à un bel avenir dans le cinéma vient de voir son premier film en tant que réalisateur intitulé Good Night in Beijing, interdit de diffusion en Chine !

    Une conséquence de la nouvelle loi anti-drogue qui est rentrée en vigueur ce mois-ci et qui interdit à tout acteur, chanteur, réalisateur… d’exercer leurs métiers s’ils ont été arrêtés pour consommation et détention de drogue. La sentence est lourde et Jaycee tombe directement sous le coup de cette nouvelle loi.

    RAPPEL DES FAITS

    En août 2014, Jaycee Chan a été arrêté par la police de Beijing pour possession de drogue, aux côtés de Kai Ko, un acteur taïwanais. La police a découvert plus tard plus de 85 grammes de marijuana après avoir fouillé l’appartement de Jaycee. Alors que Ko a été libéré 14 jours après son arrestation, Jaycee Chan a fait face à des accusations criminelles et des peines allant jusqu’à la peine de mort ou à la réclusion à perpétuité pour avoir prétendument accueilli d’autres personnes pour consommer de la marijuana.

    Jaycee Chan, dont le père Jackie était l’ambassadeur anti-drogue de la Chine depuis 2009, a admis avoir pris de la drogue pendant 8 ans. Peu de temps après, Jackie Chan a présenté des excuses publiques pour la consommation de drogue de son fils. Le 17 septembre 2014, le bureau du procureur de Beijing a approuvé l’incarcération de Jaycee Chan, soupçonné « de fournir des toxicomanes ». Jaycee Chan a été condamné à six mois de prison et à une amende de 2 000 yuans (~ 320 $ US).

    UNE CARRIERE DESORMAIS IMPOSSIBLE EN CHINE

    Depuis sa sortie de prison, Jaycee Chan se fait très discret. En 2014, son nom au générique du film de Chen Kaige, The Master of Kung Fu, a été supprimé. En décembre 2016, le public chinois fut très surpris lorsqu’il découvrit la présence de Jaycee Chan dans Railroad Tigers dont la production avait caché la présence sur les différents éléments promotionnels du film. Un « bad buzz » qui força le film a terminé sa carrière en salle plus vite que prévu malgré ses 100M$ de recettes.

    Sur les réseaux sociaux, on ne compte plus les commentaires peu élogieux à l’encontre de Jaycee Chan. Durant ces dernières années, Jackie Chan a essayé de réinsérer son fils en lui permettant de travailler dans la production ou en tant que réalisateur. Jaycee s’associe alors avec son ami réalisateur Leo Zhang pour qui il avait tourné Chrysanthemum to the Beast en 2012.

    En 2017, afin d’aider son fils, Jackie Chan accepte le rôle principal du film de science-fiction Bleeding Steel que Jaycee Chan produit en tant qu’exécutif. L’année suivante, Jackie Chan produit Good Night Beijing, le premier film de son fils en tant que réalisateur et écrit par Leo Zhang.

    Le film est une comédie romantique choral porté par Chen Bo-Lin et l’actrice Amber Kuo. De nombreuses stars font des apparitions dont son père, Eric Tsang ou encore Nicholas Tse.

    Maintes fois repoussés, Good Night Beijing avait trouvé une date de sortie pour la saint-valentin en février 2020. Mais le covid-19 annule la sortie. Dernièrement, le film trouva une date pour le 9 avril 2021, mais son nom fut supprimé de l’affiche devant les commentaires négatifs sur les réseaux sociaux. La nouvelle loi en vigueur, le film voit désormais sa sortie impossible en Chine. Mais c’est surtout son bannissement à vie dans le showbiz qui fait perdre tout espoir de carrière cinématographique (ou de chanteur) à Jaycee Chan.

    Cette nouvelle loi est sans doute responsable du retard du film My Diary que Jackie Chan a réalisé et écrit en 2019. Nous savons que Jaycee Chan était au casting. My Diary voit donc sa sortie compromise en Chine. Seule solution pour Jackie, repartir en tournage avec un comédien remplaçant ou supprimer la présence de son fils au montage, une solution qui peut être impossible à réaliser si celui-ci a un rôle pivot dans le récit.

    Avec Good Night Beijing et My Diary, Jackie Chan aura investi lourdement pour son fils. Deux films dont le marché cible était essentiellement chinois et qui auront obligatoirement des répercussions économiques catastrophiques pour Sparkle Roll, la société de production de Jackie Chan.

    Il parait également difficile à Jaycee Chan de trouver des rôles et des productions ailleurs qu’en Chine. Malgré les connexions de son père, aucune production n’acceptera de se passer du marché chinois.

    En chantant en anglais, l’industrie musicale indépendantes aux Etats-Unis pourrait être la seule solution pour Jaycee Chan qui a déjà une petite carrière de chanteur en Chine. Encore faut-il qu’il en ait le courage et l’envie…

Laisser un commentaire

*