• 26Mai

    La bourde de John Cena

    Dans quel bourbier a bien pu s’engluer malgré lui John Cena, la star de F9 qui cartonne actuellement dans les salles en Asie.

    Tout a commencé lors d’un entretien promotionnel pour Fast & Furious 9 sur la chaîne taïwanaise TVBS où John a qualifié Taïwan de pays, en disant : « Taiwan est le premier pays à pouvoir regarder le dernier film Fast & FuriousF9. » Des propos qui ont indigné les fans chinois de la star de la WWE.

    Il faut savoir que Taïwan est considérée par les autorités chinoises comme un territoire de la Chine. Seuls 17 pays reconnaissent le gouvernement démocratique de Taïwan. S’excusant abondamment pour sa remarque controversée, John Cena a présenté des excuses vidéo publiques sur son populaire compte Weibo, s’exprimant en mandarin comme il a coutume de le faire en Chine. « J’ai fait une erreur », a reconnu le catcheur devenu acteur de 44 ans.

    « Maintenant, je dois dire une chose qui est très, très, très importante : j’aime et je respecte la Chine et les Chinois. Je suis vraiment désolé pour mes erreurs. Désolé. Désolé. Je suis vraiment désolé. Vous devez comprendre cela. J’aime et je respecte la Chine et le peuple chinois », a ajouté John.

    Ses excuses interviennent après que les chiffres du box-office chinois de F9 se soient effondrés notamment en comparaison avec le précédent opus (sans Cena), qui totalisait en 2017 sur son 1er week-end d’exploitation plus de 200M$, contre 137M$ pour F9.

    Si le score est totalement satisfaisant, il faut reconnaitre qu’il y a de quoi être déçu en regard des chiffres associés à la saga Fast & Furious en Chine. Depuis lundi, le box-office de F9 fait carrément pâle figure avec des recettes journalières avoisinant les 6M$. Des estimations qui ont certainement poussés John Cena à s’excuser rapidement devant l’ampleur de la réaction négative du peuple chinois.

    Si ses excuses semblent avoir apaisé les chinois à l’heure où vous lirez ces lignes. John Cena lui s’est mis à dos le public américain qui désormais se déchainent sur son compte Twitter, le taxant de « soumis », « lâche », « opportuniste ». Des mots peu élogieux pour celui qui représentait le patriote américain par excellence lors de ses apparitions tonitruantes durant les shows de la WWE.

    Avec l’omnipotence des réseaux sociaux, il est de plus en plus difficile de gérer les susceptibilités de chacun. John Cena, qui totalise 13 millions d’abonnés sur Twitter, en fait actuellement les frais.

    Le mois dernier, c’était l’actrice Gal Gadot (Wonder Woman) qui avait attisé les foudres de la twittosphère en commentant les récents affrontements entre Israël (son pays natal) et la Palestine.

    Mais en quoi cette actualité concerne-t-elle Jackie Chan ?

    Chers fans de Jackie, vous n’êtes pas sans savoir que John Cena est la co-star de Jackie Chan dans son prochain blockbuster Snafu (ex Project X-Traction) de Scott Waugh.

    Tournée entre juillet et décembre 2018, celui-ci a vu sa post production fortement ralentit à cause des problèmes économiques lié à sa société de production Talent Film International, producteur entre autres de Skiptrace en 2016.

    Si ces problèmes économiques sont en passe d’être entériné -Talent Film International ayant annoncé récemment avoir repris la post-production du film pour une sortie envisagé en 2022 – la bourde de John Cena pourrait une nouvelle fois compliqué les affaires du film !

    Si depuis les excuses de Cena, le côté chinois ne semble plus être gros un problème, son image du côté américain dont la production dépend notamment avec l’espoir d’une sortie simultanée sur les deux territoires, semble contrarié. Le bad buzz actuel de John Cena dans son propre pays pourrait non seulement couter une large sortie de Snafu sur le sol américain mais également pénalisé le box-office de F9 qui est censé débarqué dans les salles américaines le 25 juin prochain. Toutefois, une polémique chassant l’autre à la vitesse d’un clic droit, celle-ci pourrait s’éteindre d’ici une quinzaine de jours.

    La bourde de John Cena n’est pas la seule à compliquer les affaires de Jackie Chan. My Diary, son film qu’il a uniquement réalisé et écrit est lui aussi bloqué au stade de la post-production pour une bourde XXL de son fils, Jaycee Chan, commise il y a 6 ans.

    En effet, une récente loi chinoise semble interdire à tout acteur, artiste, producteur du showbizz d’exercer s’il a été compromis dans des affaires de drogues.

    Par conséquent, Jackie Chan est dans l’obligation de remonter et d’effacer la présence de Jaycee Chan de son film, s’il veut un jour pouvoir montrer son film en Chine. Chose qui parait particulièrement difficile quand on sait que Jaycee Chan occupait l’un des rôles principaux.

    Jackie Chan n’a jamais commenté cette nouvelle loi. On ignore si le film est reparti en tournage ou bien, s’ils ont utilisé la technologie du deepfake (ce qui augmentera fortement les coups de production).

    Good Night Beijing, le premier film réalisé par Jaycee Chan semble aussi être victime de cette loi. Initialement prévu pour avril dernier, le film a carrément été annulé. Une annulation qui ne semble pas affecter Jaycee Chan qui a été récemment photographié par les paparazzi à Taïwan entrain de rigoler, fumer le cigare et conduire son 4×4 de luxe.

    De son côté, Jackie Chan se prépare actuellement pour son prochain film et la prochaine édition de la Jackie Chan International Action Film Week qui se tiendra cet été en Chine. Peut-être aurons nous droit un premier teaser de Snafu ?

Laisser un commentaire

*