Retour sur l’avant-première de RIDE ON à Shanghai

509 Views 0 Comment

Hier 5 avril,  Jackie Chan, Liu Haocun, Kevin Guo, Yu Rongguang et le réalisateur Larry Yang se sont rendu à Shanghai dans le cadre de la tournée promotionnelle de Ride On.

Au moment où les mots en hommage aux cascadeurs chinois ont été imprimés sur l’écran noir à la fin du film, le public a spontanément applaudi chaleureusement. Jackie Chan est alors apparue et l’atmosphère a atteint son paroxysme. Certains fans se sont précipités dans l’allée au premier rang, tenant un rouleau de calligraphie avec les quatre sinogrammes qui composent le titre chinois (龙马精神) de Ride On. Beaucoup d’entres eux tenaient dans leurs mains le livre autobiographique « I Am Jackie Chan ».

 

Ride On n’est pas décrit comme un simple film d’action. Le film se veut différent des précédents « Jackie Chan ». Dans le film, il a comme partenaire un cheval. Et son personnage, le cascadeur Lao Luo, fait référence à Jackie Chan dans une certaine mesure ; Dans le film, Jackie Chan ne joue pas les omnipotent. Il ne se bat pas comme dans ses précédents rôles. Il est un cascadeur lessivé en conflit avec les nouvelles méthodes de tournage, totalement en décalage avec son temps et accompagné uniquement d’un cheval.

Jackie chan a déclaré :

« Je ne peux faire que des films. Je suis comme Lao Luo. Je ne connais rien d’autre. »

Jackie Chan a également déclaré sincèrement qu’il avait commencé à changer consciemment sa façon d’agir il y a plus de 10 ans :

« Les acteurs d’action ont une durée de vie courte, alors que les acteurs ont une durée de vie longue. Depuis Little Big Soldier, j’ai changé, j’espère donner à tout le monde l’impression que Jackie Chan est un avant tout un comédien et pas qu’un acteur d’action. »

L’acteur Yu Rongguang joue un homme d’affaire qui collectionne les chevaux. Selon lui, Ride On est très proche de la réalité :

« La performance de Jackie Chan est complètement différente d’avant. Ce film est un hommage au cinéma chinois. Il rend hommage à un groupe de personnes d’une époque. Je me suis vu moi et mes frères dans le film ».

 

 

Jackie Chan a tenu également à répondre à la polémique « Jackson Yee » après que des fans de ce dernier ait accusé Jackie Chan de jalouser son succès.

Le 31 mars dernier lors de l’avant-première à Pékin, Jackie Chan déclarait « qu’aujourd’hui, personne ne produirait un film pour 10 millions (de Yuans) avec un inconnu même doué, mais si vous avez une star comme Jackson Yee (Mr SixBetter Days et The Battle at Lake Chanjing 1 et 2), vous trouverez 400 millions ».

Jackson Yee est un jeune comédien de 22 ans, membre du groupe de C-pop, TFBoys et très populaire auprès des jeunes ados chinois. Pas étonnant, que des hordes de fans se soient jetées injustement sur Jackie Chan en sortant sa phrase de son contexte alors qu’il ne faisait que décrire une réalité de terrain :

« Pourquoi ne pouvons nous pas lire l’intégralité de ce que j’ai dit. J’ai dit ce jour-là , par exemple, que si vous avez Jackson Yee, Wu Jing ou moi même vous trouverez le financement pour votre film. Il ne s’agissait que d’une analogie et s’il vous plait ne le sortait pas de son contexte ».

Jackie Chan continue de déplorer qu’il y a de moins en moins d’acteurs d’action précisant qu’il voulait confier Drunken Master III à des jeunes comédiens avec de hautes compétences en arts martiaux. Le budget n’était estimé que de 10 millions de yuans. Mais aucun investisseur n’en a voulu.

 

Depuis ses débuts , il y a  60 ans, Jackie Chan a joué dans près de 140 films. Il y a une scène de cascade dans Le Marin des Mers de Chine (1983), qui montre Jackie Chan tombant du sommet de la tour d’une horloge directement sur le sol, sans matelas de réception ni coupe à l’écran. Il n’y avait que deux couches de tentes en tissu entre lui et le sol, et la hauteur totale était d’environ 15 mètres. Jackie Chan a déclaré que c’était à ce moment là qu’il a créé sa marque de fabrique en réalisant des cascades extrêmement dangereuses sans utiliser de doublure.

Ride On condense les 60 ans d’expérience de Jackie Chan dans l’industrie, montrant les situations méconnues derrière la vie des cascadeurs chinois.

Dans le film, Lao Luo vieillit et il admet qu’ « il est facile de sauter, mais difficile de s’arrêter ». Jackie Chan est vieux, c’est un fait. mais à la fin de sa visite à Shanghai, il a quand même promis au public :

« Tant que je pourrai tourner, jouer et me battre, je ferai un film chaque année pour vous. »

Une façon de remercier près de 40 ans de fidélité.

Tirry

Rédacteur en Chef. Amoureux du cinéma asiatique notamment chinois/HK. Certifié fan de Jackie Chan depuis ses 11 ans.

0 Comments

Leave a Comment