• Home ·
  • Nouvelles ·
  • JACKIE CHAN et SPARKLE ROLL MEDIA, fin de partie ?
  • 12Nov

    JACKIE CHAN et SPARKLE ROLL MEDIA, fin de partie ?

    Les plus attentifs d’entre vous ont sans doute remarqué la prise de distance opéré entre les derniers films avec Jackie Chan et sa société Sparkle Roll Media lancée en 2014. Cette dernière fut absente sur Bleeding Steel en 2018. Cette première tentative SF de Jackie, est avant tout présenté par Youku Pictures et Kailuo Liu, le producteur entre autres de SPL 3 : Parodox.  L’année suivante, Sparkle Roll Media se fera petite sur Knight of Shadows : Between Yin and Yang présenté par iQIYI Motion Pictures et le producteur Kiefer Liu, responsable de la récente trilogie des Monkey King.

    Entre temps, Sparkle Roll Media aura également participé en tant que co-producteur sur des films étrangers comme la production russe The Mystery of Dragon Seal dans lequel Jackie et Arnold Schwarzenegger s’affronte le temps d’un combat improbable mais néanmoins seul argument valable du film. Et The Foreigner, la production américaine initié par STX Entertainment.

    Et comme chacun le sait ici, deux productions tournées en 2018 sous la bannière de Sparkle Roll Media sont dans l’attente d’une date de sortie : The Diary, le film dit « d’auteur » que Jackie a uniquement écrit et mise en scène. Et le blockbuster d’action SNAFU anciennement connu sous le titre Project X-Traction (les rumeurs parlent d’une sortie en 2022 mais rien n’est moins sûr).

    En 2020, Sparkle Roll Media disparait une nouvelle fois de la filmographie de Jackie avec Vanguard. C’est Lix Entertainment, la toute nouvelle société de production de Stanley Tong qui est cette fois à l’initiative.

    Et cette année, Jackie Chan a tourné la comédie d’action Ride On sous les bannières de Hairun Pictures et Alibaba Pictures.

    Jackie Chan semble donc depuis quelques années démunis de sa société de production Sparkle Roll Media.

     

    QUE S’EST-IL PASSE ?

    Revenons quelques années en arrière. En 2009, après que l’ex-manager, feu Willie Chan (décédé en 2017) ait quitté la JCE Movies. Jackie Chan commence à lorgner vers le marché chinois. C’est à ce moment-là que la Chine a commencé à prendre réellement au sérieux la création d’une véritable industrie du cinéma pour devenir en moins d’une décennie, le plus grand marché cinématographique du monde.

    Ainsi, Jackie crée d’abord Jackie & JJ Productions. Le logo ouvre les films Little Big Soldier (2010), Chinese Zodiac (2012) et Police Story Lockdown (2013).

    Rapidement, Jackie Chan s’émancipe et s’associe avec Qi Jianhong (retenez bien ce nom). Un magnat de l’industrie du luxe de Hong-Kong avec son groupe Sparkle Roll Group LTD, le concessionnaire en Chine des marques de luxe tels que Bentley, Rolls-Royce, Lamborghini mais également pour de prestigieuses marques de vins, de montres, cigares, vêtements et fabricants de matériels audiovisuels comme Bang & Olufsen. Le groupe Sparkle Roll Group LTD est également lié à de la gestion immobilière et à de l’investissement culturel avec Sparkle Roll Culture.

    En 2010, c’est donc avec son nouvel associé Qi Jianhong que Jackie crée sa propre chaîne de salles de cinéma « Jackie Chan Cinema ». En 2014, les deux associés lancent Sparkle Roll Media avec Dragon Blade.

    Jackie Chan Cinema et Sparkle Roll Media dépendent alors du groupe d’investissement culturel Wentou Holdings dont le directeur était également Qi Jianghong.

    Au début de l’année, on avait noté les déboires financiers de Talent International Media Group, l’autre société de production (exécutive) de SNAFU, notamment en charge du tournage et du financement de la post-production. Suite à son rachat en 2020, le directeur et producteur Wu Hongliang a été remplacé par Xu Dongliang.

    Si on pouvait croire que les difficultés économiques de Talent International Media Group étaient responsables du retard de SNAFU (ils n’ont pas produit The Diary), Il semblerait que ça ne soit que la partie visible de l’iceberg.

    Car comme on pouvait s’en douter, Sparkle Roll Media par l’intermédiaire de son directeur Qi Jianghong est également dans un sacré pétrin qui pourrait signer la rupture entre Jackie Chan et Sparkle Roll Media.

    Après l’échec d’un certain nombre de plans de fusions et d’acquisitions, en avril 2018 (année du tournage de SNAFU et The Diary), Qi Jianhong a en effet soudainement démissionné de tous ses postes, y compris celui de directeur général de la Wentou Holdings pour des « raisons physiques ». On n’en saura pas plus.

    En octobre 2018, en raison de litiges liés à des prêts privés, toutes les actions de la Wentou Holdings détenues par Sparkle Roll Media ont été gelées judiciairement. Quelques mois plus tard, Qi Jianhong a été inclus dans la liste des personnes indignes de confiance pour ne pas avoir mis en œuvre l’obligation de paiement. De ce fait, Qi Jianhong n’est plus le représentant légal de Sparkle Roll Media, ni de Jackie Chan Cinema. Les deux sociétés sont désormais gérées par Cai Min.

    Et comme si ça ne suffisait pas. La récente inculpation pour viol et harcèlement du chanteur et comédien Kris Wu a entrainé une avalanche d’opprobre sur le milliardaire qui était responsable des affaires du comédiens. De plus son fils et sa fille sont employées au sein de Spark Roll Media. Les deux étaient connu pour fréquenter Kris Wu, faisant peser le soupçon que le milliardaire était au courant de ses agissements.

    Bref vous l’aurez compris. Qi Jianghong, l’associé et ami de Jackie Chan est désormais persona non grata dans le milieu financier. Son règne est terminé.

    Ces remus ménages financier et administratif sont certainement responsables du blocage actuel de SNAFU et The Diary.

     

    UN AVENIR INCERTAIN

    Durant sa longue carrière, Jackie Chan a toujours su rebondir en créant de nombreuses sociétés de productions comme Authority Films quand il était chez Lo Wei. Puis la Golden Way Films quand il était chez Golden Harvest (Raymond Chow/Leonard Ho). Au début des années 2000 avec JCE Movies lorsqu’il était associé à Emperor Motion Pictures (Albert Yeung) puis J&JJ Pictures en 2010 et la dernière en date, Sparkle Roll Media.

    Si la Wentou Holdings dirigé désormais par Zhou Maofei, est toujours actionnaire à 100 % de Sparkle Roll Media géré dorénavant par Cai Min. Il n’est pas sûr que Jackie Chan souhaite continuer à être associé à l’image de son ex-maison mère Sparkle Roll Group LTD  et de son ex-big boss, Qi Jianhong. Si ce dernier est resté l’un des actionnaires de Sparkle Roll Group LTD, le 24 août dernier, le groupe a changé de nom pour New Sparkle Roll International Group LTD.

    En 2019, Wentou Holdings est devenu le sponsor officiel du service d’événements culturels pour les Jeux olympiques d’hiver de 2022 et les Jeux paralympiques d’hiver de Pékin. Néanmoins, les investissements dans le théâtre, le cinéma et la télévision sont toujours en perte de vitesse. Le rapport financier trimestriel 2020 de la société montre qu’en raison de l’impact de l’épidémie, le fonctionnement a été gravement affecté. En 2020, la Wentou Holdings a de nouveau connu une perte trimestrielle tandis que ses actions détenues par Sparkle Roll Media étaient toujours gelées.

    Une petite lumière d’espoir est venue tout récemment indiquer une potentielle amélioration dans les affaires puisque le drame romantique A Curious Tale of Mr Guo est sorti le 5 novembre 2021 dans les salles chinoises. Si Jackie Chan n’est pas le producteur, la société Sparkle Roll Media et son nouveau dirigeant (Cai Min) figurent bien au générique. Une sortie qui laisse espérer une prochaine annonce de sortie de SNAFU et/ou The Diary.

    La dernière fois que Sparkle Roll Media a été associé au logo de « JC » est Wish Dragon, le film d’animation initié par Sony Animation Pictures.

    Sparkle Roll Media a disparu de la production du film d’action militaire Career as a Mercenary avec Max Zhang et Aarif Lee Rahman tourné cette année et pourtant annoncé en grande pompe en mai 2019 avec la rencontre entre Qi Jianhong, Jackie Chan et Erlan Karin, le président du conseil d’administration de Qazaqstan, la chaine de télévision d’Etat du Kazakhstan.

    Qi Jianhong, Jackie Chan et Erlan Karin

     

    Outre Vanguard et Ride On sans Sparkle Roll Media, Jackie Chan est producteur exécutif du thriller Home Operation, actuellement en préproduction et produit par Poly Pictures, Tongxi Pictures Group, China Qicheng International Group et SYX Pictures (Dubaï). 

    Autre indice non négligeable, l’annonce en juillet 2020 d’un nouveau Police Story « 2022 » par l’intermédiaire de Mokexing Film (P-Storm, Fox Hunt).

    Par conséquent,  Jackie Chan ne fait probablement plus partie de Sparkle Roll Media. Il ne sera pas étonnant d’apprendre dans les mois à venir que Jackie a créé une nouvelle société de production. A moins qu’il préfère désormais se laisser porter comme il le fait actuellement.

    Reste à savoir si Jackie Chan a récupérer les droits de ses projets Five Against a Bullet et Chinese Zodiac 2 ou bien les a-t-il tout simplement laissé à Sparkle Roll Media.

    Pour finir, il faut bien comprendre que Jackie Chan s’est toujours lancé dans la production pour maitriser les étapes artistiques des films notamment durant le développement du scénario. C’est comme ça qu’il a fait réécrire SNAFU et Five Against a Bullet.

    La véritable société de Jackie Chan, celle qui gère son image et son nom, est le JC Group International Limited.

Discussion 2 Responses

  1. 12 novembre 2021 à 23 h 15 min

    A mon avis Snafu doit être la poule aux œufs d’or pour qu’il soit toujours dans le réfrigérateur bien au chaud. Sinon avec tous ces loup du streaming, il serait depuis liquidé avec tous ces problèmes…

    • 21 novembre 2021 à 18 h 16 min

      Sparkle Roll Media et Talent International doivent très certainement attendre beaucoup de SNAFU pour se refaire une santé économiquement parlant. Ils font donc très attention à la date de sortie.

      Actuellement, il arrive de voir des films très attendu du public et bouleversés par la crise du covid, être annoncés dans les salles seulement 15 jours avant leurs sorties ! C’est le cas par exemple de Schemes in the Antiques, le dernier Derek Kwok (As the Light Goes Out) qui était prévu pour avril dernier et qui sort le 3 décembre prochain dans les salles chinoises.

      Parmi les blockbusters chinois attendu entre 2020 et 2021 et toujours sans date, on peut noter :
      Creation of The Gods part 1 de Wuershan avec Huang Bo
      Fox Hunt de Leo Zhang avec Tony Leung Chiu-Wai et Duan Yihong
      Warriors of Future avec Louis Koo et Lau Ching Wan
      Sniper et Under the Light de Zhang Yimou

      Bref, tout ça pour dire que SNAFU n’est pas le seul dans cette situation.

      Après vu le sujet du film et le contexte de guerre froide entre les USA et la Chine, il est aussi possible que les autorités chinoises voient d’un mauvais œil cette sortie (même si dernièrement Biden et Xi Jinping se sont parlés via webcam). D’un autre côté, SNAFU est le seul film chinois capable de dépasser ses frontières. Ce qui est un élément essentiel du « soft power » comme Hollywood le pratique depuis plus de 50 ans.

Laisser un commentaire

*