Retour sur la première à Pékin de A LEGEND

561 Views 0 Comment

Ce mardi 25 juin, le blockbuster A LEGEND a fait sa grande première à Pékin. Pour l’occasion, toute l’équipe du film a fait le déplacement : Jackie Chan était accompagné de Yu Dong, président, producteur de Bona Film, la productrice Barbie Tung (une fidèle des productions de Jackie Chan depuis Drunken Master II), le réalisateur et scénariste Stanley Tong, ainsi que Zhang Yixing, la mannequin et actrice Guli Nazha, Aarif Lee, l’actrice Peng Xiaoran, Zheng Yecheng et Ma Yuan.

Une nouvelle bande-annonce inédite a été diffusée sur place, montrant de nombreuses scènes de guerre et de combats. Lorsque la version rajeunie par IA de Jackie Chan est apparue à l’écran, il y a eu des exclamations et des applaudissements du public. Par la suite, tous les acteurs ont unanimement exprimé leur « choc ». De son côté, Jackie Chan a déclaré avec humour : « Pour être honnête, je préfère mon apparence actuelle ». Il en a profité pour réciter un poème : « Dans un instant, mes cheveux noirs et mes cheveux blancs me diront quoi dire quand je serai vieux ». La brise printanière a pitié des fleurs. Pouvez-vous me permettre de vieillir ? » Il conclut : « Je ne peux pas redevenir adolescent, mais les films peuvent me permettre de le devenir, ce qui est bien. » Mais j’aime la façon dont je suis maintenant et je suis heureux de pouvoir vieillir. »

Parlant du tournage au Xinjiang, Zhang Yixing était très enthousiaste. Il a déclaré qu’il appréciait particulièrement le rythme de tournage au Xinjiang : « Les journées au Xinjiang sont très longues et on a l’impression qu’il n’y a jamais d’obscurité ». On tournait dès le matin. Quand j’ai demandé l’heure, il était 23 h 00, mais le ciel était toujours clair. » Il a également fait une rapide démonstration avec l’arme élaborée du général de la Dynastie Han qu’il incarne. Un arc avec des lames courtes sur les extrémités. Elle peut tirer sur les ennemis à longue distance et combattre les ennemis au corps à corps : « Après avoir conçu cet arc, mon frère aîné (Jackie Chan) m’a appris à m’en servir. »

Naturellement, Jackie Chan n’a pas tari d’éloges sur la performance au combat de Zhang Yixing : « Yixing est lui-même un danseur et il apprend les mouvements très rapidement ». D’autres ne se souviennent peut-être que d’un ou deux mouvements à la fois, mais elle peut se souvenir de sept, huit ou même d’une douzaine de mouvements. Il est très intelligent. »

Dans le film, Guli Nazha joue Meng Yun, la Princesse fugitive des Huns. Elle a de nombreuses scènes de combat avec le Prince Hun joué par Aarif Lee. Nazha a ri et a dit qu’elle et Lee n’avaient presque aucune communication sur le plateau. Ce n’est qu’une fois le tournage terminé qu’ils ont réalisé qu’ils avaient tous les deux oublié de s’ajouter sur WeChat. Aarif Lee a révélé que le méchant qu’il joue est un « homme très brutal et haineux ». Mais Nazha a révélé que Aarif Lee hors écran est un bon acteur qui a su patiemment l’accompagner pour pratiquer les scènes d’action : « Il est très bon au combat et très professionnel. Nous avons joué pendant trois ou quatre jours, donc je lui suis très reconnaissant. »

Jackie Chan et Stanley Tong ont également fait l’éloge de leur performance. Le réalisateur a révélé que lors de la conception du rôle de Meng Yun, il a combiné l’esprit héroïque de Michelle Yeoh dans Supercop avec la douceur de Kim Hee Sun dans The Myth.  Jackie Chan a souligné que c’était la deuxième fois qu’il collaborait avec Aarif Lee : « Il a toujours été très doué mais il m’a frappé plus fort cette fois. »

L’actrice Peng Xiaoran et Zheng Yecheng ont joué respectivement les assistants et camarades modernes et anciens de Jackie Chan dans le film. Leur performance dans le film a également été reconnue par Jackie Chan et Stanley Tong. Dans le film, Peng Xiaoran est la « porteuse de comédie ».  Jackie Chan a déclaré : « Zheng Yecheng est le même que moi. Il étudie les arts martiaux. Il est beau et sait bien se battre, ce qui est très rare. » Stanley Tong a félicité Zheng Yecheng pour son dévouement : « Ses mains ont été coupées pendant. le tournage, mais il a terminé le tournage sans dire un mot. Je peux voir l’ombre de mon frère aîné en lui, je travaillerai à nouveau avec lui à l’avenir. »

Il y a de nombreuses scènes de combat dans A LEGEND. Stanley Tong a révélé qu’il était très nerveux lors du tournage des scènes avec les milliers de chevaux : « Douze mille chevaux galopaient ensemble avec les acteurs. J’avais vraiment peur que les acteurs tombent, car si une personne tombe, le cheval ne s’arrêtera pas, c’est vraiment dangereux, mais ils ont insisté pour le faire. »

Jackie Chan affirme même avoir « menti » pour protéger les acteurs : « Ces jeunes travaillaient trop dur, et j’avais vraiment peur qu’ils se blessent, alors je leur ai menti. Je leur ai dit que j’utilisai une doublure pour les inciter à laisser les cascadeurs faire leurs scènes d’actions, puis secrètement, je me rendais sur le plateau parce que j’ai de l’expérience.  Si je n’en avais pas, je me serai vraiment blessé. Mais ils me surveillaient en secret, et quand ils m’ont vu, ils ont emboîté le pas. »

Dans le film, les champs de bataille de l’ancienne, la mystérieuse terre sainte de Xiongnu et les dangereux glaciers ont été tournés dans le Xinjiang. Originaire de la région, Guli Nazha est particulièrement fière : « C’est la première fois que je retourne dans ma ville natale pour tourner un film à gros budget. C’est aussi un film avec Jackie Chan et mon père est un très grand fan. J’espère qu’à travers ce film, davantage de gens pourront voir la beauté de notre Xinjiang, et qu’après avoir regardé A Legend, ils voudront voyager au Xinjiang et contempler sa beauté. »

A LEGEND présente les scènes de guerre de la dynastie des Han, mais propose également une chasse au Trésor. A Travers sa filmographie, Jackie Chan a régulièrement démontré son interet pour la protection des trésors nationaux chinois : D’abord en 1982 avec Dragon Lord, puis de Drunken Master 2 à The Myth en passant par Chinese Zodiac et Kung Fu Yoga. Le comédien Ma Yuan (The Assassins), qui joue le rôle du directeur du musée dans le film, a déclaré : « À travers ses films, Jackie Chan n’a eu de cesse de nous rappeler que c’est à nous Chinois de protéger les trésors de notre nation. »

À cet égard, Jackie Chan a déclaré qu’il visitait souvent les musées lorsqu’il partait à l’étranger : « Je vois toujours les reliques culturelles de notre pays dans les musées étrangers, c’est pourquoi j’ai soulevé cette question dans The Myth : Pourquoi nos reliques culturelles se trouvent-elles dans les musées d’autres pays ? N’est-ce pas en fait un vol ? Puisqu’il nous appartient, il devrait nous être rendu. Je me souviens qu’après la sortie de Chinese Zodiac, quelqu’un a rendu (NDR : Pierre Bergé) les deux têtes d’animaux. À cette époque, je pensais qu’il y avait deux raisons : premièrement, notre pays est devenu plus fort, et deuxièmement, il a peut-être été influencé par mes films. »

La productrice Barbie Tung collabore avec Jackie Chan depuis plus de 40 ans. Elle a plaisanté en disant qu’elle avait un jour suggéré à Jackie Chan de faire un film plus modeste : « Au lieu de ça, il a décuplé l’ambition de The Myth avec A Legend. »

Enfin, Yu Dong, le producteur et président de Bona Film a annoncé que le film serait projeté dans à partir du 5 juillet dans une combinaison de salles limités puis plus largement le 12 juillet : « Le jour de la fête nationale en 2005, The Myth est sorti dans tout le pays. Des années plus tard, A LEGEND offrira une expérience plus riche au public. À mon frère aîné, je veux dire : A Legend te promet de redevenir jeune ! »

 

0 Comments

Leave a Comment