• Home ·
  • Entretien ·
  • Traduction d’un entretien avec le comédien Tazito Garcia, l’un des « bad guy » de Project X-Traction
  • 09Fév

    Traduction d’un entretien avec le comédien Tazito Garcia, l’un des « bad guy » de Project X-Traction

    L’opacité de toute communication concernant Project X-Traction rend la situation très étrange. Depuis deux ans, les seuls infos qui nous parviennent émanent des comédiens, artistes et techniciens qui ont collaboré sur le film. Si l’équipe asiatique – de Jackie Chan à l’actrice et chanteuse Rima Zeidan (Missing Johnny) en passant par les comédiennes Jiang Wenli (The Master) et Li Ma (Meow) – restent muet. Du côté de l’équipe occidentale, on n’hésite pas à en parler. la superstar John Cena a déjà évoqué sa coopération avec Jackie Chan. Récemment, c’est carrément le scénariste du film Arash Amel (Private War) qui sur son twitter à posté une photo noir et blanc du film.

    Aujourd’hui, je vous propose la traduction d’un entretien du site Hollywood North Magazine avec le comédien et cascadeur canadien d’origine espagnole Tazito Garcia qui est plutôt bavard à propos de sa participation sur Project X-Traction dans lequel il interprète un homme de main de Paddock, le bad guy du film interprété par Pilou Asbaek (Euron Greyjoy dans Game of Thrones).

    Ci-dessous, vous trouverez la traduction des questions/réponses concernant Project X-Traction :

    Je sais que vous venez de terminer le tournage de Project X-traction avec Jackie Chan et John Cena. Dans quelle mesure vous sentez-vous soulagé de terminer le tournage avant la pandémie ?

    Oh mon Dieu, je suis si heureux que nous l’ayons fait, c’était vraiment génial de travailler avec eux. Ce sont tous les deux des icônes et j’ai grandi en les regardant, donc travailler sur un plateau avec les deux était une expérience incroyable. Vous ne voulez certainement pas qu’une pandémie ruine une expérience comme celle-là et nous avons eu la chance de la conclure plusieurs mois avant que Covid-19 ne frappe. J’étais soulagé de ne pas être en Chine quand la pandémie a commencé parce que j’aurais été coincé pendant un certain temps. Nous tournions dans une ville isolée appelée Jiujiang (en Chine) et il n’y avait pas de vol direct, nous devions voler vers Pékin ou Shanghai puis prendre un autre vol pour rejoindre la ville. C’était une ville magnifique et nous tournions également en Mongolie. Donc j’étais à l’autre bout de la planète avec des gens magnifiques, de la bonne nourriture et une expérience formidable.

    Comment était-ce de travailler avec de grandes stars comme Jackie Chan et John Cena ?

    Travailler avec eux est phénoménal, on voit l’éthique de travail et pourquoi ils sont si bons dans ce qu’ils font. Les voir à l’écran est une chose mais être avec eux, humé l’ambiance, sentir leur aura, leur cœur, leur passion, le dévouement qu’ils ont – Jackie a la soixantaine et il est toujours costaud, il est constamment dans la salle de gym, avec un entraîneur personnel disponible 24 heures sur 24. Il est dans un état incroyable et en meilleure forme que 100 jeunes de dix-huit ans que je connais. 

    Vous incarnez l’homme de main de Paddock. Le comédien Pilou Asbek qui l’incarne est surtout connu comme l’assassin très vicieux de Game of Thrones. Il semble apporter beaucoup d’énergie à ses performances. Vous apportez également beaucoup d’énergie à vos rôles. Comment était la chimie entre vous deux ?

    Oh mec, c’était super ! À l’origine, j’ai été choisi pour être un chef rebelle, mais 18 heures avant de prendre l’avion, j’ai reçu un appel d’un chef d’équipe qui travaille en étroite collaboration avec le réalisateur. Il m’a informé que le réalisateur avait jeté un second regard sur ma cassette et avait décidé que j’avais l’air trop jeune pour jouer le chef rebelle mais qu’il tenait vraiment me trouver un autre rôle. Il m’a dit que j’aurais moins de dialogues mais que je devrais combattre Jackie Chan et John Cena. J’ai dit: Je signe ! J’ai demandé quel était le rôle et il m’a dit Pilou Asbek est la kryptonite des héros du film… mais il ne se bat pas, donc tu es son muscle. (Rires) D’accord, je vais le faire! Travailler avec lui était tellement incroyable, c’est un gars tellement humble et avec un sacré talent. Il est assez grand et le premier jour où je l’ai rencontré, il m’a dit qu’il avait entendu dire que j’étais plutôt bon et qu’il essaierait de faire en sorte que cela se voit. Ce fut une expérience formidable, je traînais près de sa caravane et c’était incroyable de travailler avec tous ces professionnels.

    Combien de temps avez-vous travaillé sur le film ?

    J’ai bossé dessus pendant deux mois et demi (NDR: le tournage dans son ensemble à durer près de 4 mois), mais c’est toujours l’ambiance familiale qui rend le travail amusant et nous aide à supporter beaucoup de choses, surtout lorsque vous êtes si loin de vos amis et de votre famille. Il y a des moments où il y a un conflit culturel, vous ne connaissez pas la nourriture / la langue, mais vous vous sentez toujours en sécurité lorsque vous ressentez l’unité familiale. Vous passez au moins 14 heures par jour avec eux, c’est donc très triste de dire au revoir à la fin du tournage.

    Lorsque vous avez auditionné pour le rôle, y a-t-il eu quelque chose que vous avez changé dans votre formation pour mieux vous y préparer ?

    Nous étions encore en pourparlers mais j’avais le sentiment assez bon de l’avoir mais j’ai tout de même continuer à m’entraîner. Je suis toujours en forme, toujours prêt au cas où cette opportunité se présenterait. Je savais que Jackie accorde une très haute importance au rythme, alors j’ai travaillé mon timing et mon rythme. J’ai révisé certains mouvements qu’il aime tout en gardant à l’esprit qu’il est le héros donc je vais me faire tabasser. J’ai commencé à travailler sur mes réactions et à tomber au sol après un coup de pied à la tête ou au corps (rires). C’était très amusant.

    En travaillant avec de tels vedettes, vous sentez-vous suffisamment encouragé pour demander des conseils de carrière ?

    Il faut attendre le bon moment; si vous les voyez entrer sur le plateau, préparer leur personnage, leurs lignes, leur garde-robe alors c’est l’heure du jeu et vous ne devez jamais les approcher dans ces moments-là parce que vous passerez pour un amateur. Cela m’est arrivé et j’essaie tellement de ne pas sortir de la zone. Les gens ne voient pas vraiment l’importance de se préparer afin de devenir le personnage. La moindre distraction ou personne qui s’approche de vous peut briser ce train de pensées, donc je suis très respectueux de leur bulle. Si nous sortons pour dîner, c’est une toute autre histoire. Être entouré de professionnels comme ça, vous voyez qu’ils n’ont pris aucun raccourci, vous voyez la quantité de puissance dont ils disposent mais vous voyez aussi qu’ils ont mis du travail et du temps. En étant avec eux, vous apprenez beaucoup très rapidement simplement en observant.

    Quand Project X-traction doit-il sortir ?

    En fait, il était déjà prévu, mais avec tout ce qui se passe, il a été repoussé et la date provisoire se situe maintenant aux alentours du nouvel an chinois. (NDR: l’entretien a été réalisé en juin 2020).

     

    Pour les curieux qui souhaiteraient lire la suite de l’entretien où Tazito parle de ses propres réalisations c’est ici (en anglais).

Laisser un commentaire

*